La réponse du concours

L'émission du 1 février 2013

Le Grand Bleu

 

Rien ne presse

Revue de la presse culturelle internationale par Isabelle Carcélès.

212.000 peintures, de 37.000 peintres, à voir gratuitement sur internet: le Royaume Uni bâtit un immense trésor pictural à coup de clics avec le projet "Your paintings" - vos peintures".

 

"Metsästä – From the woods" d'Anne Golaz

Anne Golaz, photographe suisse née à Vevey, ayant fait son Master de photographie à Helsinki, vient de publier "Metsästä" aux Editions Kehrer.

Ce tout nouveau recueil représente un monde à la fois ordinaire et extraordinaire, en relation avec la culture finlandaise et son rapport avec la forêt et la nature. Rencontre avec la photographe.

 

Artgenève

Artgenève, une vraie vitrine de l'art? Il y a Art Basel en juin. Incontournable. Internationale. D'un niveau d'exigence artistique et économique impressionnant. Depuis des années, Genève rêve de sa propre vitrine, qui rende hommage aux galeristes, institutions, artistes et collectionneurs romands.

Pour sa deuxième édition, artgenève réinvestit Palexpo, mais cette fois en janvier, pour plus de visibilité. Objectif atteint? Le point de vue de Martine Béguin. Artgenève est à découvrir à Palexpo, à Genève, jusqu'au 3 février 2013.

 

"Profanes" de Jeanne Benameur

"Profanes" (Actes Sud) raconte l’histoire d’un vieil homme de 90 ans qui décide de chasser sa solitude. Octave passe donc une annonce pour engager quatre personnes qu’il choisit scrupuleusement : un homme et trois femmes viendront se relayer chez lui pour l'accompagner jusqu'à sa fin de vie. Un roman d’une grande intensité, d’une grande poésie aussi, qui nous invite à envisager d’autres frontières entre le mort et le vivant.

Christine Gonzalez a rencontré Jeanne Benameur.

"Profanes":

Ancien chirurgien du coeur, il y a longtemps qu’Octave Lassalle ne sauve plus de vies. À quatre-vingt-dix ans, bien qu’il n’ait encore besoin de personne, Octave anticipe: il se compose une "équipe". Comme autour d’une table d’opération – mais cette fois-ci, c’est sa propre peau qu’il sauve. Il organise le découpage de ses jours et de ses nuits en quatre temps, confiés à quatre "accompagnateurs" choisis avec soin. Chacun est porteur d’un élan de vie aussi fort que le sien, aussi fort retenu par des ombres et des blessures anciennes. Et chaque blessure est un écho.

Dans le geste ambitieux d’"ouvrir le temps", cette improbable communauté tissée d’invisibles liens autour d’indicibles pertes acquiert, dans l’être ensemble, l’élan qu’il faut pour continuer. Et dans le frottement de sa vie à d’autres vies, l’ex-docteur Lassalle va trouver un chemin.
Jeanne Benameur bâtit un édifice à la vie à la mort, un roman qui affirme un engagement farouche. Dans un monde où la complexité perd du terrain au bénéfice du manichéisme, elle investit l’inépuisable et passionnant territoire du doute. Contre une galopante toute-puissance du dogme, "Profanes" fait le choix déterminé de la seule foi qui vaille: celle de l’homme en l’homme.

Le vote des femmes, une lutte de longue haleine

Si l’égalité entre hommes et femmes en Suisse paraît aujourd’hui en 2013 aller de soi - avec de notables exceptions, notamment salariales - la lutte pour le droit de vote féminin, accordé le 7 février 1971, reste encore un sujet d’étonnement voire de colère.

Le 1er février 1959, deux tiers des mâles suisses refusaient le droit de vote aux femmes tandis que Vaud, Genève et Neuchâtel l’acceptaient au niveau cantonal. Surprenant et très fédéraliste paradoxe qui ne prendra définitivement fin qu’en… 1991, en Appenzell Rhodes-Intérieures !