Le magazine de toutes les musiques

L'émission du 12 mars 2018

Humeur baroque avec Jonathan Nubel

Grand écart stylistique de 350 ans au moins aujourd’hui dans Magnétique à l’occasion d’un concert, ce jeudi 15 mars 2018 au Temple Farel de La Chaux-de-Fonds, qui réunit un ensemble baroque et le Nouvel Ensemble Contemporain de La Chaux-de-Fonds pour un programme en dialogue, et en mélange, aux accents autrichiens: de la musique baroque, Benedikt Anton Aufschnaiter, de la musique contemporaine avec une œuvre d’Olga Neuwirth, mais également une œuvre de Wolgang Mitterer pour ensemble baroque, ensemble contemporain et électronique.
Violon solo de l’ensemble "Le Moment Baroque", musicologue et auteur d’une thèse sur le sujet, Jonathan Nubel est notre invité pour parler de cette musique contemporaine écrite pour instrument anciens.

Oliver Korber, "Double jeu"

Olivier Korber mène une double vie de pianiste et de chercheur en finance. S'il a intitulé son premier album "Double jeu" (Mille et une notes), c'est parce qu'il sait que cette bivalence peut lui attirer une certaine curiosité. Mais il aspire à être apprécié à sa juste valeur de pianiste dans sa monographie Chopin. Une rencontre proposée par David Christoffel.

Le slam de Narcisse

L’actualité culturelle est décryptée et slammée par Narcisse. Aujourd’hui: "Horloges".

Nomade à la rencontre de Park Stickney, harpiste

Park Stickney nous reçoit chez lui, dans sa ferme à Valeyres-sous-Ursins, pas loin dʹYverdon. Cʹest là quʹil vit, compose, travaille son instrument et prépare ses spectacles. Américain dʹorigine, Park Stickney est né en Arizona et formé à la Juilliard School de New York. Il partage aujourdʹhui son temps entre la Suisse et différentes villes dʹEurope dans lesquelles il enseigne. Harpiste classique de formation, il a développé très tôt un goût pour lʹimprovisation jazz, quʹil maîtrise aujourdʹhui à la perfection. Un reportage dʹYves Bron réalisé par Didier Rossat.

Le slam de Narcisse: Horloges

Nos horloges retardent à cause d’une pénurie d’électricité. Où va-t-on se demande alors Narcisse.