- Tourisme en ligne: quel souk ! - La nuit de la honte qui a changé l'Allemagne

L'émission du 14 septembre 2017

Tourisme en ligne : Quel souk !

Réserver sa chambre ou son restaurant en ligne c'est simple comme 3 coups de clics. Mais que se cache-t-il derrière les centrales de réservation et de critiques en ligne? Quels sont les conséquences de leur utilisation? Que se cache-t-il derrière ces promesses du meilleur prix? À l'heure où tous les utilisateurs sont priés de donner leur avis en tout temps et à tout moment, quelle est le poids des opinions et des critiques? Tour d'horizon avec des restaurateurs et des hôteliers qui ont mis le pied dans un engrenage difficile à maîtriser.

2017. Temps présent: tourisme en ligne [RTS/Capture d'écran]

Vous utilisez les sites de réservation en ligne? Vous réservez vos hôtels, vos restaurants, vos voyages par internet. En Suisse, près de 78% des internautes effectuent leurs réservations via les plates-formes de réservation et de classement. 9 réservations sur 10 sont effectuées par ce biais. Et leur nombre a explosé. Elles permettent de rechercher, comparer et réserver sur un même site et dans plusieurs langues, en détrônant au passage les guides touristiques et les agences de voyage traditionnelles. Pour les hôtels, les restaurants, elles sont devenues indispensables puisqu'elles assurent une grande visibilité, urbi et orbi.

Le problème, c'est que les hôteliers et les restaurateurs doivent s'acquitter d'une commission (entre 13 et 25% dans les grandes villes), de plus en plus prohibitives. Ce qui change la donne pour les hôteliers et restaurateurs qui se retrouvent pieds et poings liés. Et pour les clients, le meilleur prix n'est jamais garanti. C'est un leurre.

Rediffusion le vendredi 15 septembre 2017 à 10h25 et le lundi 18 septembre 2017 à 16h10 sur RTS Deux.

  • Générique

    Un reportage de Sabine Kennel
    Image : Walter Hug Son : Benedetto Garro Montage : François Charpié
Bonus de l'émission

La Suisse face à l’ogre Booking

En quelques années ce site de réservation hôtelière est devenu un géant mondial et les hôteliers suisses se sentent contraints d’accepter ses règles. La fronde a commencé à Berne mais aussi dans nos montagnes où certains voudraient se passer de ce géant si gourmand.

La nuit de la honte qui a changé l'Allemagne

Une meute de centaines d’hommes en furie, des réfugiés et délinquants maghrébins qui arrachent les jeunes femmes à leurs compagnons et les agressent sexuellement en pleine foule. Un chaos intégral, une violence déchaînée qui débordent les forces de police. La nuit de la Saint-Sylvestre 2015 à Cologne a changé le regard des Allemands sur les migrants et fragilisé la chancelière Angela Merkel, contre l’extrême-droite. Une nuit de honte qui plane sur les élections allemandes du 24 septembre.

La nuit de la honte qui a changé l'Allemagne

"La crainte de stigmatiser les migrants a poussé la police et les autorités allemandes au mensonge". C’est ce qu’affirment plusieurs intervenants de ce reportage et document choc. Car la vérité fait mal: la nuit d’horreur vécue par des centaines de jeunes femmes venues simplement fêter le réveillon à Cologne est le fait de quelques centaines de requérants d’asile originaires du Maroc ou d’Algérie, déjà délinquants dans leur pays. Au total, plus de 1200 plaintes ont été enregistrées, dont plus de 500 pour agression sexuelle en bande.

La "nuit de la honte" à Cologne a profondément traumatisé l’Allemagne, qui venait de démontrer sa générosité à l’égard des réfugiés, en particulier syriens. La chancelière Angela Merkel ouvre les vannes largement, plus d’un million de réfugiés arrivent dès l’automne 2015. Mais l’affaire de Cologne va mettre fin à cette "willkommen’s kultur", la culture de l’accueil. La chancelière et toute la classe politique changent de discours, pour contrer une extrême-droite en pleine expansion, en particulier l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), parti fondé sur l'islamophobie, et dont la popularité s’envole après les événements de Cologne. Ce reportage montre ce qui s’est vraiment passé cette nuit-là.

Rediffusion le vendredi 15 septembre 2017 à 10h25 et le lundi 18 septembre 2017 à 16h10 sur RTS Deux.

  • Générique

    Un reportage de Markus Brauckmann, Simone Schillinger et Christian Wiermer