Banner Temps présent

- Tennis, la recette suisse - Comment les fumeurs se font enfumer

L'émission du 5 novembre 2015

Tennis, la recette suisse

Le tennis suisse affiche un palmarès resplendissant, qui lui est envié par les plus grandes nations. Un palmarès d’autant plus étonnant qu’il provient d’un tout petit bassin de population et de talents. Alors pourquoi n’y en a-t-il point comme nous, les Suisses ? Quelle est la recette de la potion magique ? Une équipe de Temps Présent a plongé dans le temple des dieux du tennis helvétique pour tenter de percer leur secret.

Yves Allegro, responsable de l’élite, Swiss Tennis, Heinz Günthardt et Jil Teichmann. [Jay LOUVION - RTS/Jay LOUVION]

Ces dernières 20 années, les joueurs suisses ont gagné 165 titres en simple. Cela a commencé avec Heinz Günthart, Marc Rosset, Jakob Hlasek, puis Martina Hingis, la plus jeune joueuse à devenir no 1 mondiale, à 16 ans et demi. Et puis, il y a le dieu Roger Federer, et ses 17 titres en Grand Chelem, un record chez les hommes.

L’année 2015 a été particulièrement faste avec un Stan Wavrinka qui gagne Roland Garros, une Timéa Bacsinszky en demi-finale et la toute jeune Belinda Bencic qui bat la No 1 mondiale Serena Williams à Toronto. Sans parler de la Coupe Davis, remportée l’an dernier en finale face à la France. Une France qui n’a plus vu l’un des siens remporter un titre en Grand Chelem depuis Yannick Noah en 1983.  L’Allemagne attend pour sa part depuis 1999. Quant aux Américains, rien depuis  Andy Roddick en 2003. Alors quelle est la recette de la potion magique suisse ?

Chaque parcours individuel, bien sûr, est différent. Mais des constantes restent. Prenez une dose de formation bien sentie, un investissement financier conséquent, un mental soigneusement entretenu par les parents et l’encadrement, et une condition physique travaillée pour faire durer les athlètes. Quoi d’autre encore ? Une équipe de Temps Présent a cherché la recette suisse pour fabriquer des champions.

Rediffusion le vendredi 6 novembre 2015 à 10h30 et le lundi 9 novembre 2015 à 15h45 sur RTS Deux.

  • Générique

    Un reportage de Régis Migy et Marc Wolfensberger
    Image : Alain Pentucci Son : Yannick Berlie Montage : Alice Neylor

Comment les fumeurs se font enfumer

C’est un espoir pour des millions de fumeurs à travers la planète, tous accros à la nicotine. La cigarette électronique a fait baisser nettement les ventes de tabac en France, mais en Suisse, la vente de ses composants nicotinés est interdite. En coulisse, une guerre d’experts et un débat acharné, sur lequel rôde l’ombre de l’industrie du tabac qui ne veut surtout pas perdre ses précieux fumeurs. Des fumeurs qui restent l’enjeu d’un colossal marché financier.

Vapoteurs présents dans le sujet, Alexandre, Sandra, Olivier et Philippe. [Noël TORTAJADA - RTS]

A ma gauche, le professeur Jean-François Etter, sommité romande de la tabacologie et professeur à l’Université de Genève. Il défend la cigarette électronique au nom du pragmatisme et n’hésite pas à voler à son secours dans les médias. A ma droite, Jacques Cornuz, directeur de la polyclinique médicale de Lausanne, et ponte reconnu de la lutte contre les addictions. Lui se méfie de l’E-cigarette, dont il réclame la réglementation. Tous deux s’affrontent par médias interposés. Tous deux ont déclaré des liens d’intérêt, soit avec les fabricants de cigarettes électroniques, soit avec les compagnies pharmaceutiques.

Et les malheureux fumeurs, dans tout cela ? Ils ont de la peine à s’y retrouver. C’est que la Suisse va débattre, aux Chambres Fédérales, d’un nouveau projet de loi sur le tabac, qui devrait régler le problème des liquides nicotinés, contenus dans la cigarette électronique et toujours interdits en Suisse. Mais dans l’ombre, la gigantesque industrie du tabac, si importante pour la Suisse, veut jouer ses cartes : elle aussi, durement touchée par la diminution du nombre de fumeurs, elle préfèrerait casser le marché de la vapote ou s’en assurer la mainmise.

Rediffusion le vendredi 6 novembre 2015 à 10h30 et le lundi 9 novembre 2015 à 15h45 sur RTS Deux.

  • Générique

    Un reportage de Maria-Pia Mascaro et Noël Totajada
    Image : Walter Hug Son : Santi Serra Montage : Chloé Seyssel