TP/Swiss made in Hollywood
Cette vidéo n’est plus disponible en ligne pour des questions de droits.

Swiss made in Hollywood

L'émission du 12 mai 2005

La capitale du cinéma attire des centaines de jeunes Suisses qui rêvent de voir leur nom en haut de l'affiche à l'exemple de Marc Foster, le réalisateur grison de "Neverland". Mais la réalité n'est pas toujours rose : Vincent, Christiane et Stéphane en savent quelque chose. Compositeur débutant, comédienne novice et apprenti producteur, ils se démènent tant bien que mal dans la jungle d'Hollywood.

Parmi les 10 millions d'habitants que compte Los Angeles, rares
sont les Helvètes à qui Hollywood, l'usine à rêves, a ouvert ses
portes. Le public retiendra bien évidemment Marc Foster, le
réalisateur de « Neverland » avec Johnny Depp. La profession, elle,
citera encore Ueli Steger, le directeur photo de « Godzilla » et «
le Jour d'après » de Roland Emmerich, ou Fabrice Giger, producteur
du dessin animé « Rolie Polie Olie ». Autant dire que les (rares)
élus se comptent sur les doigts d'une main. Pourtant, portés par
leurs rêves et leur passion, de jeunes Suisses n'hésitent pas à
quitter leur terre nourricière pour la côte ouest des Etats-Unis,
pour rejoindre l'Eldorado de l'entertainment. Mais pour un Foster,
combien de loosers ?





Du rêve à la réalité, Xavier Ruiz a suivi trois jeunes Romands sur
les chemins de la non-gloire hollywoodienne. Christiane est
neuchâteloise. Il y a 5 ans, elle décide d'investir son héritage
pour réaliser son rêve d'actrice à Los Angeles.





Stéphane est fraîchement diplômé de l'University of Southern
California (USC), la crème des écoles de cinéma. Pour ce jeune
Valaisan qui ambitionne de devenir producteur, les choses sérieuses
ont commencé tout récemment avec la recherche d'un premier job.
Quant à Vincent, après le Conservatoire de Genève et des postes de
professeur de musique à Genève puis des cours à Boston, il s'i
nstalle à L.A. où il composera ses premières musiques de
film.





Ce reportage parle de leur quête quotidienne, professionnellement
parlant, faite d'auditions ou d'entretiens en vue de décrocher un
improbable contrat qui les mènera peut-être au succès. Ou du moins,
qui leur permettra d'assurer leur subsistance immédiate. Mais pour
nos trois aspirants, il s'agit également de survivre socialement et
humainement parlant, dans une société extrêmement contrastée, entre
violence et opulence.





Au travers de ces trois personnages, le réalisateur Xavier Ruiz
traite ici un sujet qu'il connaît bien, puisqu'il a lui-même tenté
une aventure américaine désenchanteresse il y a quelques années,
avant de remporter son premier grand succès, en Suisse, avec le
film « Neutre ».

Générique

Un reportage de Xavier Ruiz