- Mon médecin est un imposteur - Mineurs au pied du mur

L'émission du 24 novembre 2016

Mon médecin est un imposteur

Qui entame un rendez-vous chez son médecin en exigeant la preuve de son authenticité professionnelle? Personne bien sûr. Pourtant, les faux médecins existent en Suisse. Des docteurs sans diplômes ou mentant sur leurs spécialités. Cette enquête révèle le terrible fardeau pour les victimes et la colère des vrais médecins, ceux qui récupèrent les cas bâclés. Et elle démontre l’impuissance des autorités.

Mon médecin est un imposteur

Jeannine et Urs n’ont aucune idée des souffrances qu’ils vont endurer lorsqu’ils choisissent comme dentiste un Suisse établi à Bienne. En fait, l’homme n’a jamais étudié la médecine dentaire. Il faudra huit ans pour parvenir à fermer le cabinet et jeter l’imposteur en prison.

Cette affaire est révélatrice. Même lorsque l’alerte est donnée rapidement, les autorités peinent à réagir car les cas sont complexes, les preuves difficiles à réunir. Il faut souvent la détermination de patients victimes pour instruire les affaires. Une quinzaine de cas spectaculaires ont été médiatisés depuis 2006, dont 9 les 5 dernières années.

Contrôler et reconnaître les diplômes des médecins, centraliser leurs noms dans un registre accessible au public, prendre des références avant d’engager du personnel en établissement hospitalier, toutes ces précautions sont valables. Mais elles ne sont pas toujours appliquées. Le système suisse, éclaté, permet les défaillances et c’est inquiétant pour nous les patients.

Rediffusion le vendredi 25 novembre 2016 à 10h30 et le lundi 28 novembre 2016 à 15h. sur RTS Deux.

  • Générique

    Un reportage de Clémentine Bugnon et Isabelle Ducret
    Image : Eliane Ruckstuhl Son : Philippe Combes Montage : Katherine Genoud

Mineurs au pied du mur

Près de 40% des migrants et réfugiés jetés sur les routes de l’exil sont des mineurs non accompagnés. Une population particulièrement vulnérable qui, depuis l’été dernier, butte sur la frontière sud de la Suisse, objet d’une surveillance zélée. Aujourd’hui, ces jeunes migrants tentent par tous les moyens de franchir la frontière verrouillée à double tour, malgré le droit international qui exige un asile politique sans restriction pour les mineurs non accompagnés.

Mineurs au pied du mur. [RTS]

Au cœur de la crise migratoire, une population est reconnue comme particulièrement vulnérable: les mineurs non accompagnés. Qu’ils soient migrants ou réfugiés, ces jeunes, encore adolescents, ont vécu un voyage de tous les dangers.

Ils seraient plus de 90'000, rien que sur le territoire européen, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. Aussitôt débarqués dans cet Eldorado rêvé, beaucoup se lancent sur la route du nord avec pour objectif de se protéger et d’améliorer leur existence.

Cette route les conduit à travers l’Italie, jusqu’à la frontière sud de la Suisse, objet d’une surveillance particulièrement zélée. Aujourd’hui, ces jeunes migrants multiplient les tentatives infructueuses d’entrée sur le territoire suisse et dénoncent ouvertement l’attitude des gardes-frontière qui ne leur permettraient pas de demander l’asile politique, un droit fondamental. Alarmées, des ONG comme Amnesty International dénoncent un manque de moyens appropriés permettant la prise en charge des mineurs non accompagnés. Des jeunes qui tentent par tous les moyens de passer cette frontière quasi infranchissable.

Rediffusion le vendredi 25 novembre 2016 à 10h30 et le lundi 28 novembre 2016 à 15h. sur RTS Deux.

  • Générique

    Un reportage de Jean-Daniel Bohnenblust
    Image : Patrice Cologne Son : Emilie Spierer Montage : Catherine Kala