- Mon imam chez les Helvètes - Une vie sous surveillance

L'émission du 30 avril 2015

Mon imam chez les Helvètes

Les attentats de Paris et du Danemark ont révélé l’influence des imams et des prédicateurs musulmans dans la radicalisation des jeunes terroristes. Mais qui sont ces imams en Suisse, un pays qui compte aujourd’hui quelque 400’000 musulmans contre 16’000, il y a quarante ans ? Surprise, ces imams à la sauce helvétique sont souvent "importés" et ne parlent aucune de nos langues nationales. Ils ont pourtant un rôle d’intégration et de passerelle entre les cultures absolument essentiel.

Abdelwahed Kort, imam, complexe culturel des musulmans de Lausanne. [RTS/capture d'écran]

Une équipe de Temps Présent a voulu savoir à quoi ressemble le métier d’imam en Suisse. Sur les quelque 200 en activité dans le pays, la majorité sont des bénévoles. Les imams sont des personnes de référence pour leur communauté et peuvent jouer un rôle essentiel pour faciliter l’intégration ou, au contraire, cultiver la différence.

La plupart d’entre eux proviennent directement de l’étranger, des pays balkaniques et de la Turquie surtout, mais aussi de l’Afrique du Nord. Ces imams "importés", souvent, ne parlent ni français ni allemand, ce qui représente un sérieux handicap dans leur fonction de passerelle entre les cultures.

Alors faut-il organiser une formation pour les imams, une sorte d’apprentissage à la société laïque et suisse ? Le débat ne fait que commencer, en Suisse comme ailleurs. Un centre "Islam et société" vient d’ailleurs de s’ouvrir dans ce but à l’Université de Fribourg. Il offrira une sorte de formation continue pour les imams et les personnes travaillant avec les communautés musulmanes. L’objectif est d’améliorer la compréhension mutuelle. Mais l’UDC a déjà annoncé qu’il s’y opposera par tous les moyens.

Rediffusion le vendredi 1er mai 2015 à 1h et 10h50 puis lundi 4 mai 2015 à 16h30 sur RTS Deux.

  • Générique

    Un reportage de Pietro Boschetti et Philippe Mach
    Image : Pierre-Alain Jaussi Son : Philippe Combes Montage : Dan Marcoci

Une vie sous surveillance

Après le massacre à Charlie Hebdo en janvier 2015 et la tuerie du 14 février à Copenhague, le niveau de surveillance est monté d’un cran pour le caricaturiste danois Kurt Westergaard. C’est son dessin de Mahomet coiffé d’une bombe qui a mis le feu aux poudres dans le monde islamique en 2006. Une équipe de Temps Présent l’a rencontré. Il vit désormais sous haute surveillance, 24 heures sur 24. Quant à l’imam danois qui a appelé à la vengeance et qui s’est repenti en 2013, il a dû fuir au Groenland pour échapper, lui aussi, à la fureur des islamistes.

KURT WESTERGAARD dessinateur de presse, auteur du fameux dessin de Mahomet au turban explosif. [RTS/capture d'écran]

Voilà dix ans qu’au Danemark, des dessinateurs sont condamnés à vivre en liberté surveillée. Tout simplement parce qu’ils ont usé de leur liberté d’expression. Un dessin sort du lot: Mahomet avec une bombe dans son turban. Son auteur, Kurt Westergaard, doit à ce dessin une renommée internationale. Depuis cette affaire, sa vie n’est plus la même. Il vit avec des gardes du corps dans une maison-forteresse, 24 heures sur 24. Ses déplacements sont limités. Par trois fois, on a tenté de l’assassiner. Le 1er janvier 2010, il a échappé de peu à la mort.

Le journal Jyllands Posten, qui a publié les caricatures de Mahomet en 2005, s’est transformé en camp retranché. Début 2006, un jeune imam danois, Ahmed Akkari, se sert des fameuses caricatures pour enflammer le monde musulman. Manifestations, ambassades danoises incendiées, boycott des intérêts danois… Plus de 150 morts sont à mettre à son crédit.

Mais en 2013, l’imam change définitivement de cap et renie l’islamisme. Son retournement n’est pas du goût de tout le monde. C’est à son tour d’être menacé par ses anciens amis. Il doit se réfugier au Groenland, dans un lieu difficilement accessible aux islamistes ivres de vengeance.

Temps Présent est remonté aux "racines du mal". Nous avons rendu visite à Kurt Westergaard dans son sanctuaire ultra protégé. Nous avons retrouvé l’imam repenti au Groenland. Leurs vies sont détruites ou en suspens, leur avenir est un gros point d’interrogation. Pourtant, tous deux ne regrettent rien.

Rediffusion le vendredi 1er mai 2015 à 1h et 10h50 puis lundi 4 mai 2015 à 16h30 sur RTS Deux.

  • Générique

    Un reportage de Laurent Nègre et Dominique Willemin
    Image : Olivier Kunz Son : Nicolas Ducret Montage : Caroline Cuenod