Marianne et son fils

Mon bébé signe avec moi

L'émission du 27 septembre 2008

Pour pouvoir communiquer, il n'y a pas forcément besoin de parler... Une méthode issue de la Langue des signes permet à de nombreux parents entendants de s'initier aux échanges non verbaux avec leurs bébés dont l'ouïe est en parfait état mais qui sont encore trop jeunes pour parler. Ce concept trouve son origine aux Etats-Unis; il a ensuite gagné la France et la Belgique francophone et commence à faire des émules en Suisse romande. Pour vous faire connaître cette méthode qui s'appelle SAM ("Signe avec moi"), SIGNES vous présente Monica Companys, une Sourde française. A découvrir également, les animatrices romandes et les mamans qui se lancent dans cette aventure!

De "babysign" au "Signe avec moi" (SAM)

Méthode "Signe avec moi" Cette méthode, née aux Etats-Unis il y a une vingtaine d'années, part du constat que les enfants sont capables de communiquer par gestes bien avant de pouvoir le faire oralement; dès lors, l'utilisation des signes leur permet de disposer rapidement d'un vocabulaire suffisant pour exprimer leurs principaux besoins et être ainsi mieux compris de leur entourage. Après la France et la Belgique francophone, ce concept arrive en Suisse romande où des ateliers de formation sont organisés par des animatrices spécialement formées.


Monica au coeur du projet SAM

Monica Companys C'est une Sourde française, Monica Companys, qui est à l'origine du concept "Signe avec moi" pour les pays francophones. Forte de ses dons de comédienne et d'enseignante, elle forme les animateurs (plus de 180 à ce jour!). Elle édite le matériel pédagogique nécessaire à la pratique de tous les jours. Son programme aborde aussi la communication non-violente avec des notions de LSF permettant de s'exprimer sur des thèmes clés, comme l'alimentation, les jeux, les animaux. Les ateliers de Monica sont avant tout des espaces d'échanges où s'élaborent de nouvelles stratégies de communication pour les parents et leurs bébés.


Portrait de Carine

Carine Dejussel Mère de deux enfants, Carine s'est intéressée d'abord au massage pour bébés et à la technique du portage. C'est par hasard qu'elle a ensuite découvert la méthode "Signe avec moi". Gagnée par l'enthousiasme, elle en a appris les fondements et elle est la première à la diffuser en Suisse romande. Depuis leur ouverture, ses cours ne désemplissent pas. Elle a aussi un site qui contient une multitude d'informations pratiques pour les mamans.


Les ateliers

Atelier SAM avec Carine Ces ateliers sont organisés par des animateurs certifiés et accueillent les parents avec leurs enfants. Des jeux, des comptines et des chansons, intégrant les signes élémentaires, permettent de capter aussitôt l'attention des bébés. Une interaction naturelle s'installe, mêlant le langage enfantin et les gestes, qui développe la motricité des petits. Ce nouvel environnement cognitif apporte un enrichissement personnel à tous les participants.


La Langue des signes aux mains des entendants

Chantal Shelton, responsable dpt LSF Puisqu'il existe une Langue des signes pour les Sourds, pourquoi ne pas en profiter et l'utiliser comme outil de communication auprès des bébés qui entendent? Critiquée par certains Sourds, qui craignent d'être dépossédés de leur langue, la méthode SAM est défendue par d'autres Sourds, comme Chantal Shelton, de la Fédération suisse des Sourds. Elle rappelle qu'il ne s'agit pas d'apprendre la LSF dans son intégralité mais d'acquérir un vocabulaire de base qui correspond au monde des bébés. Ce nouveau concept permet aussi une large diffusion de la LSF et peut réveiller des vocations auprès des entendants.


L'arcade "Mère et Terre"

L'arcade "Mère et Terre"

Carine et l'épanouissement

Carine et l'épanouissement

Le défi de Monica Companys

Le défi de Monica Companys

Fabienne, éducatrice au Jardin d'enfants sourds

Fabienne, éducatrice au Jardin d'enfants sourds

"Vanille-chocolat"

"Vanille-chocolat"

Chantal Shelton plaide pour l'ouverture des esprits

Chantal Shelton plaide pour l'ouverture des esprits

Les "bébés-signeurs", une mode ou un pas vers le mieux-être?

Les "bébés-signeurs", une mode ou un pas vers le mieux-être?