Comment l’embryon doit-il être protégé? Quel rapport à la différence notre société veut-elle construire? Le droit à un enfant sain existe-t-il? [@Vitalinka - Fotolia]
Émission du 10 mai 2015

DPI: vers une société sans handicapés?

Vous êtes porteur d’une grave maladie héréditaire ou ne pouvez procréer naturellement? Le diagnostic préimplantatoire (DPI), technique qui permet d’identifier les anomalies génétiques sur un embryon conçu in vitro, vous permettra peut-être, dans quelques années, d’avoir un enfant en parfaite santé.

+ Détails

Pour l’instant interdit dans notre pays, le DPI est l’un des objets des votations du 14 juin: les Suisses décideront s’ils souhaitent en autoriser le principe, via un changement de Constitution. S’ils disent oui, un premier pas vers l’acceptation d’une loi libérale en la matière sera fait. Pourtant, celle-ci fait déjà frémir les opposants à la votation, qui craignent un diagnostic systématique des trisomies ainsi qu’une utilisation abusive des embryons congelés non-implantés. Comment l’embryon doit-il être protégé? Quel rapport à la différence notre société veut-elle construire? Le droit à un enfant sain existe-t-il?

 

Aline Bachofner reçoit Valérie Junod, professeure de droit et membre de la Commission nationale d’éthique (CNE) et Thierry Collaud, professeur associé de théologie morale spéciale et d'éthique sociale chrétienne à l’université de Fribourg et président de la commission de bioéthique de la Conférence des évêques suisses (CES).

 

Touche pas à mes funérailles!

Une étudiante en design industriel qui travaille sur le cercueil idéal. Une start up qui propose à chacun de préparer sa propre disparition jusque dans les moindres détails. S'intéresser à sa mort, cette activité à priori étrange, modifie profondément la relation à la vie. Et vous, vos funérailles sont-elles déjà planifiées?

Un reportage de Raphaël van Singer