Odro, le village ressuscité - Jacques Cesa: couleur d'Alpage (1/2)

L'émission du 25 avril 2014

La vie des alpages est ce soir à l’honneur! Odro, nid d’aigle surplombant le Val Verzasca, était autrefois habité par des paysans de montagne. Le village revit aujourd’hui grâce à l’engagement d’un homme tombé amoureux de la région. L’artiste gruérien Jacques Cesa, lui, ne cesse d’arpenter son coin de pays pour en restituer la vie. Côté jardin, on baigne dans une ambiance méditerranéenne: le Parc Scherrer au bord du lac de Lugano accueille Virginie Brawand.

Odro, le village ressuscité

Jean-Louis revendique ses origines jurassiennes, parle couramment le suisse allemand et finit par poser son sac au Tessin ! Aurait-il imaginé il y a une trentaine d’années que son délire poétique allait sauver un petit village tessinois de la ruine?

Jean-Louis. [RTS]Le fait est qu’il a fallu s’accrocher pour donner à Odro une seconde vie. Nid d’aigle suspendu au-dessus de la vallée Verzasca, ce village de paysans "crève-la-faim" s’accrochait désespérément au flanc de la montagne. Il revit aujourd’hui, grâce à l’obstination de Jean-Louis, pétillant septuagénaire qui a su fédérer autour de lui l’énergie d’un bataillon de volontaires.

Un reportage de Laurence Perigaud
 

Couleur d'Alpage

L'artiste peintre Jacques Cesa porte en lui un petit air de Rigoletto. Amoureux de son coin de pays la Gruyère, il a crapahuté durant plus de vingt ans dans les montagnes à vaches, croquant à n'en plus finir la vie pastorale des alpages. Malgré son physique imposant, l'homme est timide, délicat et attentionné avec ceux qu'il dessine aux pastels.

Jacques Cesa. [RTS]Fasciné par les gestes rituels des paysans de montagne, il s'est introduit de chalet en chalet, peignant au passage armaillis, tavillonneurs et bergers dans leur intimité. Avec le temps, l’artiste a su capter l'âme des paysans, dont plusieurs sont devenus ses amis. Voyageur tardif, il prolonge ses observations et sa passion des gens de la montagne dans les vallées berbères au coeur de l'Atlas marocain. A suivre en deux volets les aventures du peintre fribourgeois Jacques Cesa de la Gruyère au Maroc.

Un reportage de Dominique Clément

 

Odro, le village ressuscité

Jean-Louis revendique ses origines jurassiennes, parle couramment le suisse allemand et finit par poser son sac au Tessin ! Aurait-il imaginé il y a une trentaine d’années que son délire poétique allait sauver un petit village tessinois de la ruine? Le fait est qu’il a fallu s’accrocher pour donner à Odro une seconde vie. Nid d’aigle suspendu au-dessus de la vallée Verzasca, ce village de paysans "crève-la-faim" s’accrochait désespérément au flanc de la montagne.

"Ce qui compte, c’est la richesse dans la tête… Le porte-monnaie, il y a meilleur temps qu’il soit vide, et pis que toi, tu sois content!" Il faut dire que Jean-Louis ne s’est pas contenté de mettre toute son énergie pour mener à bien son projet.

Il y a mis toutes ses économies! Il y a une trentaine d’années, c’est un peu par hasard qu’il découvre Odro, un village en ruine. Tous ses week-ends y passent, le temps de restaurer ses premiers "rustici", ces petites maisons en pierre, typiques de la région. Mais Jean-Louis ne veut pas se contenter de restaurer sa propre maison: c’est tout le village qu’il veut sauver de la ruine!

Jean-Louis. [RTS]Il a donc pu et dû compter sur de nombreux volontaires, séduits par l’originalité de son projet. Jean-Louis y prend goût. Depuis 17 ans, il habite Odro en permanence. Mais il n’est pas du genre à garder jalousement son petit trésor.

Jean-Louis ne tarde pas à ouvrir son premier gîte pour des promeneurs en mal d’authenticité. Dépaysement est garanti, vue imprenable sur le lac Majeur ! Il est vrai qu’il faut compter deux bonnes heures de marche pour accéder à Odro et vous donner la délicieuse illusion de poser le pied sur une autre planète…

Un reportage de Laurence Perigaud

Parc Scherrer

Situé à une dizaine de kilomètres au sud de Lugano, le village de Morcote est connu pour ses maisons à arcades datant de la fin du Moyen-Age. C'était aussi le plus grand port du lac de Lugano. C'est ici, dans ce lieu qu'on surnomme aussi « la Perle du Ceresio » que ce trouve le Parc Scherrer, un jardin de merveilles.

Parc Scherrer [RTS]

Jacques Cesa: couleur d'Alpage (1/2)

L'artiste peintre Jacques Cesa porte en lui un petit air de Rigoletto. Le personnage a l'allure d'un créatif avec ces petit yeux malicieux sa barbe broussailleuse et son chapeau de paille. Amoureux de son coin de pays la Gruyère, il a crapahuté durant plus de vingt ans les montagnes à vaches, croquant à n'en plus finir la vie pastorale des alpages. A suivre en deux volets les aventures du peintre fribourgeois Jacques Cesa de la Gruyère au Maroc.

Malgré son physique imposant, l'homme est timide, délicat et attentionné avec ceux qu'il dessine aux pastels.

Jacques Cesa. [RTS]Fasciné par les gestes rituels des paysans de montage, il s'est introduit de chalet en chalet, peignant au passage armaillis, tavillonneurs et bergers dans leur intimité.

Avec le temps, Jacques Cesa a su capter l'âme des paysans, dont plusieurs sont devenus ses amis. Voyageur tardif,  il prolonge ses observations et sa passion pour les gens de la montagne dans les vallées berbères au coeur de l'Atlas marocain.

Un reportage de Dominique Clément

En plus...

Son du reportage (Benedetto Garro)

"Ce qui compte, c’est la richesse dans la tête… Le porte-monnaie, il y a meilleur temps qu’il soit vide, et pis que toi, tu sois content!" Il faut dire que Jean-Louis ne s’est pas contenté de mettre toute son énergie pour mener à bien son projet.

Il y a mis toutes ses économies! Il y a une trentaine d’années, c’est un peu par hasard qu’il découvre Odro, un village en ruine. Tous ses week-ends y passent, le temps de restaurer ses premiers "rustici", ces petites maisons en pierre, typiques de la région. Mais Jean-Louis ne veut pas se contenter de restaurer sa propre maison: c’est tout le village qu’il veut sauver de la ruine!

Jean-Louis. [RTS]Il a donc pu et dû compter sur de nombreux volontaires, séduits par l’originalité de son projet. Jean-Louis y prend goût. Depuis 17 ans, il habite Odro en permanence. Mais il n’est pas du genre à garder jalousement son petit trésor.

Jean-Louis ne tarde pas à ouvrir son premier gîte pour des promeneurs en mal d’authenticité. Dépaysement est garanti, vue imprenable sur le lac Majeur ! Il est vrai qu’il faut compter deux bonnes heures de marche pour accéder à Odro et vous donner la délicieuse illusion de poser le pied sur une autre planète…

Un reportage de Laurence Perigaud

Odro, le village ressuscité

Jean-Louis revendique ses origines jurassiennes, parle couramment le suisse allemand et finit par poser son sac au Tessin ! Aurait-il imaginé il y a une trentaine d’années que son délire poétique allait sauver un petit village tessinois de la ruine? Le fait est qu’il a fallu s’accrocher pour donner à Odro une seconde vie. Nid d’aigle suspendu au-dessus de la vallée Verzasca, ce village de paysans "crève-la-faim" s’accrochait désespérément au flanc de la montagne.

"Ce qui compte, c’est la richesse dans la tête… Le porte-monnaie, il y a meilleur temps qu’il soit vide, et pis que toi, tu sois content!" Il faut dire que Jean-Louis ne s’est pas contenté de mettre toute son énergie pour mener à bien son projet.

Il y a mis toutes ses économies! Il y a une trentaine d’années, c’est un peu par hasard qu’il découvre Odro, un village en ruine. Tous ses week-ends y passent, le temps de restaurer ses premiers "rustici", ces petites maisons en pierre, typiques de la région. Mais Jean-Louis ne veut pas se contenter de restaurer sa propre maison: c’est tout le village qu’il veut sauver de la ruine!

Jean-Louis. [RTS]Il a donc pu et dû compter sur de nombreux volontaires, séduits par l’originalité de son projet. Jean-Louis y prend goût. Depuis 17 ans, il habite Odro en permanence. Mais il n’est pas du genre à garder jalousement son petit trésor.

Jean-Louis ne tarde pas à ouvrir son premier gîte pour des promeneurs en mal d’authenticité. Dépaysement est garanti, vue imprenable sur le lac Majeur ! Il est vrai qu’il faut compter deux bonnes heures de marche pour accéder à Odro et vous donner la délicieuse illusion de poser le pied sur une autre planète…

Un reportage de Laurence Perigaud

Parc Scherrer

Situé à une dizaine de kilomètres au sud de Lugano, le village de Morcote est connu pour ses maisons à arcades datant de la fin du Moyen-Age. C'était aussi le plus grand port du lac de Lugano. C'est ici, dans ce lieu qu'on surnomme aussi « la Perle du Ceresio » que ce trouve le Parc Scherrer, un jardin de merveilles.

Parc Scherrer [RTS]

Jacques Cesa: couleur d'Alpage (1/2)

L'artiste peintre Jacques Cesa porte en lui un petit air de Rigoletto. Le personnage a l'allure d'un créatif avec ces petit yeux malicieux sa barbe broussailleuse et son chapeau de paille. Amoureux de son coin de pays la Gruyère, il a crapahuté durant plus de vingt ans les montagnes à vaches, croquant à n'en plus finir la vie pastorale des alpages. A suivre en deux volets les aventures du peintre fribourgeois Jacques Cesa de la Gruyère au Maroc.

Malgré son physique imposant, l'homme est timide, délicat et attentionné avec ceux qu'il dessine aux pastels.

Jacques Cesa. [RTS]Fasciné par les gestes rituels des paysans de montage, il s'est introduit de chalet en chalet, peignant au passage armaillis, tavillonneurs et bergers dans leur intimité.

Avec le temps, Jacques Cesa a su capter l'âme des paysans, dont plusieurs sont devenus ses amis. Voyageur tardif,  il prolonge ses observations et sa passion pour les gens de la montagne dans les vallées berbères au coeur de l'Atlas marocain.

Un reportage de Dominique Clément

En plus...

Son du reportage (Benedetto Garro)

Malgré son physique imposant, l'homme est timide, délicat et attentionné avec ceux qu'il dessine aux pastels.

Jacques Cesa. [RTS]Fasciné par les gestes rituels des paysans de montage, il s'est introduit de chalet en chalet, peignant au passage armaillis, tavillonneurs et bergers dans leur intimité.

Avec le temps, Jacques Cesa a su capter l'âme des paysans, dont plusieurs sont devenus ses amis. Voyageur tardif,  il prolonge ses observations et sa passion pour les gens de la montagne dans les vallées berbères au coeur de l'Atlas marocain.

Un reportage de Dominique Clément

Bonus de l'émission

Son du reportage (Benedetto Garro)

Odro, le village ressuscité

Jean-Louis revendique ses origines jurassiennes, parle couramment le suisse allemand et finit par poser son sac au Tessin ! Aurait-il imaginé il y a une trentaine d’années que son délire poétique allait sauver un petit village tessinois de la ruine? Le fait est qu’il a fallu s’accrocher pour donner à Odro une seconde vie. Nid d’aigle suspendu au-dessus de la vallée Verzasca, ce village de paysans "crève-la-faim" s’accrochait désespérément au flanc de la montagne.

"Ce qui compte, c’est la richesse dans la tête… Le porte-monnaie, il y a meilleur temps qu’il soit vide, et pis que toi, tu sois content!" Il faut dire que Jean-Louis ne s’est pas contenté de mettre toute son énergie pour mener à bien son projet.

Il y a mis toutes ses économies! Il y a une trentaine d’années, c’est un peu par hasard qu’il découvre Odro, un village en ruine. Tous ses week-ends y passent, le temps de restaurer ses premiers "rustici", ces petites maisons en pierre, typiques de la région. Mais Jean-Louis ne veut pas se contenter de restaurer sa propre maison: c’est tout le village qu’il veut sauver de la ruine!

Jean-Louis. [RTS]Il a donc pu et dû compter sur de nombreux volontaires, séduits par l’originalité de son projet. Jean-Louis y prend goût. Depuis 17 ans, il habite Odro en permanence. Mais il n’est pas du genre à garder jalousement son petit trésor.

Jean-Louis ne tarde pas à ouvrir son premier gîte pour des promeneurs en mal d’authenticité. Dépaysement est garanti, vue imprenable sur le lac Majeur ! Il est vrai qu’il faut compter deux bonnes heures de marche pour accéder à Odro et vous donner la délicieuse illusion de poser le pied sur une autre planète…

Un reportage de Laurence Perigaud

Parc Scherrer

Situé à une dizaine de kilomètres au sud de Lugano, le village de Morcote est connu pour ses maisons à arcades datant de la fin du Moyen-Age. C'était aussi le plus grand port du lac de Lugano. C'est ici, dans ce lieu qu'on surnomme aussi « la Perle du Ceresio » que ce trouve le Parc Scherrer, un jardin de merveilles.

Parc Scherrer [RTS]

Jacques Cesa: couleur d'Alpage (1/2)

L'artiste peintre Jacques Cesa porte en lui un petit air de Rigoletto. Le personnage a l'allure d'un créatif avec ces petit yeux malicieux sa barbe broussailleuse et son chapeau de paille. Amoureux de son coin de pays la Gruyère, il a crapahuté durant plus de vingt ans les montagnes à vaches, croquant à n'en plus finir la vie pastorale des alpages. A suivre en deux volets les aventures du peintre fribourgeois Jacques Cesa de la Gruyère au Maroc.

Malgré son physique imposant, l'homme est timide, délicat et attentionné avec ceux qu'il dessine aux pastels.

Jacques Cesa. [RTS]Fasciné par les gestes rituels des paysans de montage, il s'est introduit de chalet en chalet, peignant au passage armaillis, tavillonneurs et bergers dans leur intimité.

Avec le temps, Jacques Cesa a su capter l'âme des paysans, dont plusieurs sont devenus ses amis. Voyageur tardif,  il prolonge ses observations et sa passion pour les gens de la montagne dans les vallées berbères au coeur de l'Atlas marocain.

Un reportage de Dominique Clément

En plus...

Son du reportage (Benedetto Garro)

Au départ, il y avait un terrain en pente raide sur lequel autrefois étaient plantés des vignes et des châtaigniers. On y trouvait une vieille demeure et une étable au bord du lac. En 1930, Arthur Scherrer, un riche marchand de tissus saint-gallois, s’y installe et fait de ces lieux un parc botanique et artistique, inspiré de ses voyages au long cours, teintés d’orient et d’exotisme.

La végétation y est de type méditerranéen, composée de palmiers, de camélias, de glycines, de lauriers roses, de cèdres, de cyprès, de camphriers, d’eucalyptus et bien d'autres plantes encore.

Ouvert au public depuis 1965 et désormais propriété de la commune de Morcote, le jardin sert aussi d'écrin à des oeuvres d'art de diverses cultures et époques.

De nombreuses statues guident le chemin du visiteur, alors que des bâtiments tels qu’un temple grec, une maison de thé thaïe, un temple égyptien dédié à Néfertiti, un palais indien, dissimulés les uns des autres, lui offre l’illusion du voyage, dans le temps et l’histoire.

Le jardinier

Roberto Ferrari, le jardinier. [RTS]Roberto Ferrari est le jardinier responsable de l’entretien du parc Scherrer, dont il apprécie notamment le panorama ouvert sur le lac et la tranquillité. Employé par la commune, c’est ici qu’il a commencé son apprentissage il y a maintenant 32 ans.

Il faut dire que ce lieu pourtant difficile à travailler ne lui fait pas peur et lui offre surtout un merveilleux cadre d’entraînement pour celui qui partage son temps entre le jardin et le gazon des terrains de football, car le jardinier est aussi arbitre de football…

  • Infos pratiques

    Le jardin est ouvert tous les jours de mi-mars à mi-octobre, de 10 à 18 heures. L’entrée est payante. L’accès est déconseillé aux personnes à mobilité réduite.


    Parco Scherrer, Vicinanze lungolago, 6922 Morcote


    Tel. +41 (0)91 996 21 25

Odro, le village ressuscité

Jean-Louis revendique ses origines jurassiennes, parle couramment le suisse allemand et finit par poser son sac au Tessin ! Aurait-il imaginé il y a une trentaine d’années que son délire poétique allait sauver un petit village tessinois de la ruine? Le fait est qu’il a fallu s’accrocher pour donner à Odro une seconde vie. Nid d’aigle suspendu au-dessus de la vallée Verzasca, ce village de paysans "crève-la-faim" s’accrochait désespérément au flanc de la montagne.

"Ce qui compte, c’est la richesse dans la tête… Le porte-monnaie, il y a meilleur temps qu’il soit vide, et pis que toi, tu sois content!" Il faut dire que Jean-Louis ne s’est pas contenté de mettre toute son énergie pour mener à bien son projet.

Il y a mis toutes ses économies! Il y a une trentaine d’années, c’est un peu par hasard qu’il découvre Odro, un village en ruine. Tous ses week-ends y passent, le temps de restaurer ses premiers "rustici", ces petites maisons en pierre, typiques de la région. Mais Jean-Louis ne veut pas se contenter de restaurer sa propre maison: c’est tout le village qu’il veut sauver de la ruine!

Jean-Louis. [RTS]Il a donc pu et dû compter sur de nombreux volontaires, séduits par l’originalité de son projet. Jean-Louis y prend goût. Depuis 17 ans, il habite Odro en permanence. Mais il n’est pas du genre à garder jalousement son petit trésor.

Jean-Louis ne tarde pas à ouvrir son premier gîte pour des promeneurs en mal d’authenticité. Dépaysement est garanti, vue imprenable sur le lac Majeur ! Il est vrai qu’il faut compter deux bonnes heures de marche pour accéder à Odro et vous donner la délicieuse illusion de poser le pied sur une autre planète…

Un reportage de Laurence Perigaud

Parc Scherrer

Situé à une dizaine de kilomètres au sud de Lugano, le village de Morcote est connu pour ses maisons à arcades datant de la fin du Moyen-Age. C'était aussi le plus grand port du lac de Lugano. C'est ici, dans ce lieu qu'on surnomme aussi « la Perle du Ceresio » que ce trouve le Parc Scherrer, un jardin de merveilles.

Parc Scherrer [RTS]

Jacques Cesa: couleur d'Alpage (1/2)

L'artiste peintre Jacques Cesa porte en lui un petit air de Rigoletto. Le personnage a l'allure d'un créatif avec ces petit yeux malicieux sa barbe broussailleuse et son chapeau de paille. Amoureux de son coin de pays la Gruyère, il a crapahuté durant plus de vingt ans les montagnes à vaches, croquant à n'en plus finir la vie pastorale des alpages. A suivre en deux volets les aventures du peintre fribourgeois Jacques Cesa de la Gruyère au Maroc.

Malgré son physique imposant, l'homme est timide, délicat et attentionné avec ceux qu'il dessine aux pastels.

Jacques Cesa. [RTS]Fasciné par les gestes rituels des paysans de montage, il s'est introduit de chalet en chalet, peignant au passage armaillis, tavillonneurs et bergers dans leur intimité.

Avec le temps, Jacques Cesa a su capter l'âme des paysans, dont plusieurs sont devenus ses amis. Voyageur tardif,  il prolonge ses observations et sa passion pour les gens de la montagne dans les vallées berbères au coeur de l'Atlas marocain.

Un reportage de Dominique Clément

En plus...

Son du reportage (Benedetto Garro)

Jacques Cesa au Pralet. [Dominique Clément - RTS]

Odro, le village ressuscité

Jean-Louis revendique ses origines jurassiennes, parle couramment le suisse allemand et finit par poser son sac au Tessin ! Aurait-il imaginé il y a une trentaine d’années que son délire poétique allait sauver un petit village tessinois de la ruine? Le fait est qu’il a fallu s’accrocher pour donner à Odro une seconde vie. Nid d’aigle suspendu au-dessus de la vallée Verzasca, ce village de paysans "crève-la-faim" s’accrochait désespérément au flanc de la montagne.

"Ce qui compte, c’est la richesse dans la tête… Le porte-monnaie, il y a meilleur temps qu’il soit vide, et pis que toi, tu sois content!" Il faut dire que Jean-Louis ne s’est pas contenté de mettre toute son énergie pour mener à bien son projet.

Il y a mis toutes ses économies! Il y a une trentaine d’années, c’est un peu par hasard qu’il découvre Odro, un village en ruine. Tous ses week-ends y passent, le temps de restaurer ses premiers "rustici", ces petites maisons en pierre, typiques de la région. Mais Jean-Louis ne veut pas se contenter de restaurer sa propre maison: c’est tout le village qu’il veut sauver de la ruine!

Jean-Louis. [RTS]Il a donc pu et dû compter sur de nombreux volontaires, séduits par l’originalité de son projet. Jean-Louis y prend goût. Depuis 17 ans, il habite Odro en permanence. Mais il n’est pas du genre à garder jalousement son petit trésor.

Jean-Louis ne tarde pas à ouvrir son premier gîte pour des promeneurs en mal d’authenticité. Dépaysement est garanti, vue imprenable sur le lac Majeur ! Il est vrai qu’il faut compter deux bonnes heures de marche pour accéder à Odro et vous donner la délicieuse illusion de poser le pied sur une autre planète…

Un reportage de Laurence Perigaud

Parc Scherrer

Situé à une dizaine de kilomètres au sud de Lugano, le village de Morcote est connu pour ses maisons à arcades datant de la fin du Moyen-Age. C'était aussi le plus grand port du lac de Lugano. C'est ici, dans ce lieu qu'on surnomme aussi « la Perle du Ceresio » que ce trouve le Parc Scherrer, un jardin de merveilles.

Parc Scherrer [RTS]

Jacques Cesa: couleur d'Alpage (1/2)

L'artiste peintre Jacques Cesa porte en lui un petit air de Rigoletto. Le personnage a l'allure d'un créatif avec ces petit yeux malicieux sa barbe broussailleuse et son chapeau de paille. Amoureux de son coin de pays la Gruyère, il a crapahuté durant plus de vingt ans les montagnes à vaches, croquant à n'en plus finir la vie pastorale des alpages. A suivre en deux volets les aventures du peintre fribourgeois Jacques Cesa de la Gruyère au Maroc.

Malgré son physique imposant, l'homme est timide, délicat et attentionné avec ceux qu'il dessine aux pastels.

Jacques Cesa. [RTS]Fasciné par les gestes rituels des paysans de montage, il s'est introduit de chalet en chalet, peignant au passage armaillis, tavillonneurs et bergers dans leur intimité.

Avec le temps, Jacques Cesa a su capter l'âme des paysans, dont plusieurs sont devenus ses amis. Voyageur tardif,  il prolonge ses observations et sa passion pour les gens de la montagne dans les vallées berbères au coeur de l'Atlas marocain.

Un reportage de Dominique Clément

En plus...

Son du reportage (Benedetto Garro)