Liban: malheurs et résilience? [Aziz Taher - Reuters]

Liban: malheurs et résilience?

L'émission du 7 février 2016

Au pays du cèdre, les crises s'enchaînent mais ne se ressemblent pas. Les institutions du pays sont aujourd'hui bloquées et la vie politique paralysée. Depuis le 25 mai 2014, et la fin du mandat de Michel Sleiman, le pays est sans président. Le parlement qui n'a pas été renouvelé depuis des années n'a pas atteint le quorum nécessaire à l'élection d'un chef d'État.

Le pays du cèdre fait aussi face à des problèmes de corruption. Et pour ne rien arranger, le Liban est le principal pays d'accueil des réfugiés syriens. Ils sont plus d'un million sur le sol du pays qui compte seulement quatre millions et demi d'habitants.

Comment le Liban parvient-il à gérer les crises qu'il rencontre? Quel est l'avenir de ce pays qui regroupe 18 communautés distinctes ? Geopolitis décrypte la situation de ce petit État du Proche-Orient.

L'invité: Malek El-Khoury, homme d'affaires libanais.

Infographie

 

Vu sur le web

D’après l’index de perception de la corruption 2015 de Transparency International, le Liban est l’un des pays les plus corrompus du monde. Le pays arrive au 123 rang des 168 pays sondés.

Des associations de lutte contre la corruption et des médias participent à la dénonciation du phénomène au moyen de vidéos sur le web. Exemples.

Paroles de libanais

Premier épisode d’une série de témoignages réalisés par le quotidien libanais L’Orient-Le Jour, on y découvre le récit de Hassana qui a failli être emprisonnée à tort. Son histoire dénonce un cas de corruption probable mais évoque aussi les dysfonctionnements qui frappent les institutions libanaises. (en arabe sous-titré français) (5 min 06 sec)

 

Voir le deuxième épisode sur Youtube.

 

 

Sakker el-Dekkené

C’est le nom d’une ONG libanaise qui a décidé d’entrer en guerre contre la corruption. Dans ce reportage réalisé par L’Orient-Le Jour, on découvre le travail de l'ONG avec notamment des extraits d’un film qu'elle a réalisé sur le sujet. (4 min)

 

Stop à la corruption

Clip de la LTA, association libanaise pour la transparence. Liée à l’ONG Transparency International, la LTA combat la corruption au Liban. Dans cette vidéo, l’association appelle les Libanais à demander une loi de protection des lanceurs d’alertes. (en arabe sous-titré français) (35 sec)

 

La question de l‘eau

Autre vidéo de la LTA, il est question ici de l’approvisionnement en eau, thème fréquemment évoqué pour illustrer les dysfonctionnements qui ont cours au Liban. (en arabe sous-titré français) (3 min 5 sec)

 

Malek El-Khoury, homme d'affaires libanais

Vivant entre Genève et Beyrouth, Malek El-Khoury est consultant responsable de la section "mondes arabe et musulman" pour l’Intercultural Consulting (ICC) à Genève. L'ICC donne des séminaires de formation ou de formation continue dans les entreprises multinationales ou suisses dans les secteurs les plus divers et à tous les niveaux. "Remote management, relation Global-Local, Expatriation, Government agreements, etc." sont parmi les titres des formations de ICC.

Malek El-Khoury participe aussi depuis quelques années à de nombreuses activités de dialogue inter-factions libanaises dont certaines sont encore actives en ce moment.

Vu du passé

Passant de la prospérité à la crise politique, le Liban sombre en 1976 dans une guerre civile qui durera plus de 20 ans. Ravagé par les combats que se livrent les miliciens du Hezbollah et l'armée israélienne, en proie à des conflits politiques et à la paralysie des institutions, le pays du cèdre ne cessera dès lors d’enchaîner les crises. De 1962 à 1982, portrait d’un petit pays divisé.

Le temps de la paix

Au début des années 60, le Liban profite de la prospérité économique. Les vingt premières années de l'indépendance du Liban, proclamée en 1941 et effective deux ans plus tard, sont marquées par une prospérité économique qui n'empêchera pas l'aggravation des inégalités sociales dans le pays où le pouvoir est réparti entre maronites, sunnites, chiites, orthodoxes, druzes et catholiques. Dans ce documentaire de 1962 intitulé explicitement "Trois cartes postales du Liban" rien ne laisse entrevoir les tensions naissantes.

Le temps de la prospérité (RTS 17 min 09 sec) 

Veillée d’armes

Sept ans avant la guerre civile, la crise politique se radicalise. [RTS] Crise politique, paralysie institutionnelle, implication de la Syrie, pressions militaires israéliennes, faiblesse de l'armée nationale, ce reportage d'une équipe de Temps Présent dans le Liban de 1969, révèle l'ambiance de veillée de guerre qui va agiter le pays du cèdre durant des années, encouragée par des politiques jusqu'au-boutistes et un accroissement du rôle des milices paramilitaires à caractère confessionnel. La guerre civile éclatera en 1976. 

La crise politique se radicalise (RTS 19 min 46 sec)  

Dix-huit mois de guerre

A Beyrouth, une année et demie après le début de la guerre civile. [RTS] Dix-huit mois après le début de la guerre civile au Liban, une équipe de Temps Présent est à Beyrouth, dont la douceur de vivre, dix ans plus tôt, était vantée en Europe. Comment survit-on dans une ville en guerre, pris entre des factions religieuses qui se disputent chaque quartier? Quel espoir pour ce pays, déchiré et soumis aux pressions belliqueuses de ses voisins?

A Beyrouth en guerre (RTS 40 min 23 sec)  

Le quotidien de la misère

Le Liban semble installé dans la guerre pour toujours. En avril 1982, après sept ans de guerre, aucune solution de paix ne semble se dessiner au Liban. Une équipe de Temps Présent réalise un nouveau reportage sur la vie quotidienne à Beyrouth. Quatre mois plus tard, l'armée israélienne envahit le Liban et s'installe dans le sud du pays.

Un pays installé dans la guerre civile (RTS 56 min 59 sec)