Banner site GEOPOLITIS 2016. [RTS]
Rajasthan, Inde. [Kamal Kishore]

Géopolitique de l’eau: pourquoi tant d’inégalités?

L'émission du 26 février 2012

Le constat est accablant. Près de la moitié de la population mondiale n’a pas d’eau courante à domicile. Près de 900 millions de personnes dans le monde –un être humain sur huit- n’ont pas accès à de l’eau salubre.

Et ce sont ainsi 3,6 millions de personnes qui meurent chaque année des suites de maladies associées au manque d’eau potable et d’accès aux conditions d’hygiènes les plus basiques. Si des progrès ont été réalisés, les disparités régionales en termes d’accès à l’eau demeurent saisissantes.


Quelles sont les régions du monde les plus touchées par le manque d’eau salubre ? Quels sont les moyens entrepris pour en universaliser l’accès ? Géopolitis décrypte les besoins et les perspectives d’accès à ce bien si précieux qu’est l’eau.


Infographies

Inégalités dans l'accès à l'eau et aux installations d'assainissment. [RTS] Selon le rapport 2010 de l'OMS et de l'UNIECEF sur les progrès en matière d'assainissement et d'alimentation en eau, toutes les régions du monde ne sont pas en situation comparable. On constate également des inégalités de genre dans les régions où l'accès à l'eau est difficile. Voir les infographies


Les vidéos du web

Nous utilisons l’eau pour nos besoins les plus fondamentaux comme boire, nous laver et aussi pour produire notre nourriture. Or des millions d’êtres humains ne sont pas en mesure de subvenir à ces besoins de manière satisfaisante et beaucoup en meurent chaque année. Sensibiliser les populations aux problématiques de l’eau est un travail essentiel dans la poursuite des objectifs que la communauté internationale s’est fixé en matière d’accès à l’eau. Florilège de ce que nous offre le web.

Pierre Kremer, porte-parole de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR)

Avant de rejoindre la Fédération en tant que chef des médias en 2007, M. Kremer a travaillé à la Croix-Rouge française en tant que chef de la communication (2001-2006). Il a également travaillé comme journaliste indépendant et a collaboré à divers journaux et publications en France.
M. Kremer est diplômé de l’Université Robert Schumann, (Strasbourg) et de l'Université de la Sorbonne (Paris). Il est titulaire d’une maîtrise en histoire, sciences politiques et relations internationales.  Il a complété ses études par un diplôme en Direction générale (Ecole Supérieure de Commerce, Paris) et un cours de leadership mondial (Thunderbird University, USA).
 


Le site de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-rouge et du Croissant-Rouge


 


Ce forum est fermé. Pour toutes question concernant l'émission, adressez-vous à la rédaction de Geopolitis via le formulaire de contact. Merci de votre compréhension.

Vu du passé

La maîtrise de l’eau n’est pas seulement une question vitale pour les nations. Elle est aussi un enjeu de politique internationale. Pour preuve l’action d’Israël qui utilise le lac de Tibériade pour assurer son approvisionnement. Dans les années 1970, les Soviétiques ont, de leur côté, appuyé leur influence au Moyen-Orient en soutenant notamment la construction du barrage d’Assouan, en Egypte. Mais les risques sont grands aussi de la surexploitation de cette ressource première, comme le montre l’exemple affligeant de la mer d’Aral.

Le lac de Tibériade pour Israël

Le lac de Tibériade en 1965. [INA] En 1965, l’équipe de "Cinq colonnes à la une" enquête sur la question du détournement des eaux du Jourdain par Israël et ses voisins arabes. Manquer d’eau pour Israël est un danger mortel. Pour se prémunir, les Israéliens se servent du lac de Tibériade pour irriguer le Néguev. Mais, le lac de Tibériade est alimenté par les eaux du Jourdain, lui-même alimenté par quatre rivières, dont une seule prend sa source en Israël.


Sans eau, Israël est condamné à disparaître. Reportage sur les rives du lac de Tibériade. (INA 21 min 48 sec) 


A la conquête du Nil

Une femme lave des vêtements au bord du Nil. [RTS] Tourné en 1966 avec le journaliste Charles-Henri Favrod, ce document de "Continents sans visa" donne à voir de rares images sur la construction du barrage d'Assouan et de l'imposant chantier que fut le déplacement du temple d'Abou Simbel.  Un premier barrage avait été construit en 1902 par les Britanniques, mais c’est avec l’aide des Soviétiques que Nasser lança ce projet grandiose qui allait modifier les ressources énergétiques de l’Egypte.


La maîtrise du Nil, un de axe de la politique intérieure de Nasser. (TSR 28 min 10 sec)


Un barrage en Syrie

Barrage de Tapka sur l'Euphrate en Syrie. En 1974, une année après les bombardements israéliens de la guerre de Kippour, la Syrie se reconstruit grâce à l'aide de l'Union soviétique. Le parti Baas au pouvoir engage un programme de développement économique dans lequel la construction du barrage sur l'Euphrate joue une rôle clé.


L'aide de l'URSS pour la construction du barrage sur l'Euphrate. (TSR 3 min 07 sec) 


Désastre en mer d’Aral

Un village au bord de la mer4 d'Aral asséchée - 1990. [INA] En 30 ans, la superficie de la mer d'Aral a diminué d'un tiers. Cette catastrophe écologique serait liée à l'industrialisation et à la culture intensive du coton. Reportage en 1990 en Ouzbékistan, où les rives de la mer d’Aral se transforment peu à peu en désert.


L’intense exploitation conduit au désastre écologique. (INA 1 min 49 sec)