Ondes : vous êtes cernés ! Deuxième épisode

Ondes : vous êtes cernés ! Deuxième épisode

L'émission du 31 mars 2009

On peut désormais téléphoner de presque partout. Le wifi nous suit jusque dans la rue. Mais si ce réseau permanent est possible, c'est grâce à un nuage d'ondes qui nous entoure, avec des conséquences sur la santé encore bien incertaines.


Des antennes partout


Des antennes partout Les opérateurs
téléphoniques déploient leur réseau en cachant leurs antennes dans
les endroits les plus insoupçonnés. Ainsi, Swisscom s'est entendu
discrètement avec la direction de l'église protestante genevoise
pour implanter une antenne de téléphonie mobile dans le clocher du
petit temple protestant d'Anières, petit village tranquille du Lac
Léman. Seule une annonce dans la feuille d'avis officiel a alerté
un citoyen. Une association d'habitants s'est formée pour s'opposer
au projet et déposer un recours juridique assorti d'une pétition de
350 signatures. L'inquiétude des habitants est d'autant plus forte
que l'église est en contrebas des maisons. Le pasteur est, à titre
personnel, solidaire des ses ouailles. Idem pour le maire, Patrick
Ascheri : « Nous considérons qu'il y en a assez dans le village
pour garantir une couverture suffisante. Nous nous sommes joints
aux citoyens pour nous opposer à celle-ci. La commune ne décide
pas, c'est le canton et la Confédération qui ont la main mise sur
ce type d'installation. »
Le Conseil du Consistoire de
l'église protestante genevoise n'est pas revenu pour l'instant sur
sa décision d'autoriser l'installation d'une antenne. Le projet est
actuellement en attente devant le juge. Des histoires comme
celle-ci, il y en a partout. C'est le grand paradoxe du citoyen
consommateur: nous voulons pouvoir téléphoner partout, mais nous ne
voulons pas d'antenne à côté de chez nous. Installer des antennes
devient de plus en plus difficile et ces derniers mois, en France,
la justice a même ordonné des démontages d'antennes. A Valence,
dans le sud de la France, la mairie a demandé aux opérateurs de
retirer des antennes de bâtiments publics. Michèle Rivasi, la
maire-adjointe, est biologiste et présidente du CRIIREM, le Centre
de Recherche et d'Information Indépendantes sur les Rayonnements
ElectroMagnétiques : « On peut encore téléphoner sans problème
à Valence, la communication passe même si la puissance des antennes
est très faible. Il y a un véritable rapport de force avec les
opérateurs, qui ne comprennent pas qu'il peut y avoir des effets
sanitaires. Or, les dernières études, parues dans le rapport
BIOINITIATIVE, montrent que les ondes électromagnétiques ont un
effet sur les personnes. »
Le rapport BIOINITIATIVE a été
établi par un groupe indépendant de chercheurs et de professionnels
de la santé. Ils ont examiné plus de 1500 études sur la question et
affirment qu'il y a suffisamment d'indices d'effets néfastes pour
notre santé pour demander une baisse des normes d'exposition en
vigueur.


Ondes : vous êtes cernés ! Deuxième épisode En Suisse, à l'Office fédéral de la
santé publique, on observe la multiplication des études
scientifiques avec grand intérêt. Mirjana Moser, de l'office,
reconnaît l'existence de certains effets biologiques des ondes
électromagnétiques à des doses faibles : « Des études montrent
quelques effets, par exemple des modifications des courants du
cerveau et des changements au niveau cellulaire. D'autres montrent
des associations statistiques, mais nous n'avons pas encore une
image d'ensemble du problème. Nous ne connaissons pas les
conséquences pour la santé des effets biologiques observés. »

Aujourd'hui, il existe des normes d'exposition admises
internationalement, édictées par une organisation
non-gouvernementale, l'ICNIRP, Commission internationale pour la
protection contre les rayonnements non ionisants. Ces normes sont
basées uniquement sur la capacité des ondes de chauffer ce qu'elles
touchent. Une équipe de l'émission norvégienne « Brennpunkt » a
retracé dernièrement l'histoire de ces normes, qui remontent à la
guerre froide. Ils ont découvert que les normes sont fortement
influencées par les recommandations de l'IEEE (Institut des
ingénieurs électriciens électroniciens). Or, l'institut a déjà été
critiqué parce qu'il accorde peu d'importance aux études montrant
des effets négatifs des ondes sur la santé. En 2006, alors que
l'utilisation du téléphone portable explosait dans le monde, ils
ont recommandé une augmentation des valeurs limites. A noter que
les employeurs des membres de l'IEEE et de son comité ne sont pas
n'importe qui : armée US, Motorola, Alcatel-Lucent, Nokia, France
Telecom, Ericsson, Siemens, Bell... Des mémos secrets des
renseignements militaires américains, datés de 1977, signalaient
d'ailleurs la possible nocivité des ondes, même à basse intensité,
mais les forces américaines admettent que des normes plus strictes
auraient des conséquences sur les opérations militaires. A
l'arrivée, les normes de l'IEEE et celles de l'ICNIRP sont presque
complètement identiques...


Ondes : vous êtes cernés ! Deuxième épisode Des pays ou régions ont tout de
même établi des normes plus basses. Pour l'ICNIRP l'exposition
maximale, pour un rayonnement UMTS par exemple, est de 61 v/m,
alors que la Suisse exige 6 v/m au maximum dans les lieux de vie
sensibles, comme les appartements ou les écoles. C'est encore
beaucoup plus que le Liechtenstein qui s'est fixé comme but
d'arriver à 0.6 v/m seulement en 2013. Qu'en pensent les
opérateurs? Christian Neuhaus, porte-parole de Swisscom : «
Cela a une conséquence pour les opérateurs, voire pour les clients.
Il n'est économiquement plus possible d'exploiter un réseau avec
des valeurs aussi faibles. On n'entretiendra plus du tout le
réseau, et le Liechtenstein n'a d'ailleurs pas d'UMTS. Donc, c'est
les clients qui vont en pâtir. »
Ce genre de réflexion qui a
le don d'énerver Madame Rivasi : « Il y des perturbations de
l'influx nerveux dans le cerveau, de la production d'hormones,
notamment la mélatonine, et même des problèmes au niveau de l'ADN,
qui provoquent des cancers. Cela a été démontré. Combien de morts
faudra-t-il pour que les gens bougent, que les politiques prennent
des mesures pour protéger la population ? »
Pour l'instant,
pris entre les intérêts stratégiques et économiques, la diversité
des résultats des études scientifiques et nos désirs de
consommateurs avides, nous participons tous à l'expérience grandeur
nature de la communication mobile. Mais jusqu'à quand ? Mirjana
Moser : « Il s'agit de technologie dont nous avons besoin, mais
nous sommes, bien sûr, attentifs à un risque éventuel pour la santé
».


De la cervelle aux ondes


Un rapport très attendu Chaque fois
que nous téléphonons avec l'appareil vissé à notre oreille, nous
sommes soumis à une certaine intensité d'ondes électromagnétiques.
Quelle intensité ? Nous avons voulu la mesurer dans la vie
quotidienne. Pour des raisons techniques, nous avons dû effectuer
une mesure indicative du champ électrique à un mètre de l'appareil
téléphonique. Il est donc beaucoup plus faible que celui appliqué
contre l'oreille. Nos mesures ont révélé des valeurs allant de 0,5
v/m, à proximité d'une antenne, à 9 v/m, dans une voiture (dans les
véhicules, le champ varie constamment, selon les conditions de
réception, l'appareil cherchant en permanence les antennes
disponibles), en passant par 3 v/m, en forêt, avec peu de réseau.
Selon des experts que nous avons consulté, ramenée au niveau de
l'oreille, l'intensité du champ électrique peut dépasser 100 v/m
pendant une communication. Téléphoner peut donc entraîner de fortes
émissions électromagnétiques au niveau de l'oreille. Cette
exposition est-elle cancérigène ? Lennart Hardell, professeur au
département d'oncologie de l'hôpital d'Orebro en Suède, en est
persuadé. Membre du réseau BIOINITIATIVE, il a publié en mai 2008
une méta-étude sur la question, aux résultats inquiétants : «
Sur la base d'études impliquant des utilisateurs de téléphone
portable depuis au moins dix ans, nous avons découvert une
augmentation significative du risque de tumeur au cerveau, maligne
ou bénigne, notamment située dans le système auditif, du côté
utilisé par les patients pour téléphoner. »


Ondes : vous êtes cernés ! Deuxième épisode Ce que tout le monde attend, c'est
la sortie de l'étude épidémiologique INTERPHONE, coordonnée par
l'OMS depuis 1999 déjà. Elle devrait regrouper des résultats
provenant de 13 pays différents. Sa sortie a été plusieurs fois
repoussée et ce retard a fait naître toutes les rumeurs. « Ils
ont terminé la récolte des informations en 2004. Ce que j'ai
entendu, c'est qu'ils ne s'accordent pas sur ces résultats. Dans le
groupe INTERPHONE, il y a de nombreux pays et de nombreuses
personnes. Tous ne semblent pas avoir apprécié ce qui a été
découvert »
, nous dit Lennart Hardell. Pour Michèle Rivasi, du
CRIIREM, ce délai n'est pas une surprise : « il y a un lobby
qui diffère, disant qu'il faut encore des études alors que tout est
à disposition. »
Christopher Wilde est le nouveau directeur du
Centre International de Recherche sur le Cancer, l'agence de l'OMS
qui a piloté l'étude INTERPHONE. Il affirme qu'une publication très
rapide de l'étude est prioritaire : « cela prend du temps, mais
d'autres études internationales similaires prennent aussi du temps.
Si quelque chose entache la réputation de l'agence, cela me
préoccupe, donc je me suis engagé très vite pour régler ce
problème, et j'attends une conclusion de l'étude dans les mois qui
viennent. »


Ondes : vous êtes cernés ! Deuxième épisode Elisabeth Cardis, coordinatrice de
l'étude, travaille au Centre de recherche en Epidémiologie
Environnementale de Barcelone. Pour elle, avant de publier, il
fallait s'assurer que les résultats complets de l'étude étaient
totalement fiables : « il est vrai que les études nationales ou
combinées des pays nordiques, qui portent sur le plus grand nombre
de gros utilisateurs, semblent indiquer une augmentation du risque
de tumeur du côté de la tête utilisé pour téléphoner. Mais on ne
sait pas si c'est une vraie association : les sujets savent qu'ils
ont une tumeur, ce qui peut les influencer, leur faire dire que
c'est l'oreille qu'ils utilisaient pour téléphoner. »
Pour
dépasser ces problèmes, il a fallu des études complémentaires.
Elles sont aujourd'hui terminées et le rapport final devrait
arriver dans un mois ou deux, l'aboutissement d'un processus
difficile : « On est très conscients des enjeux, dans un sens
ou dans l'autre. Si on se trompe, qu'il n'y a pas de risque et que
l'on dit qu'il y en a un, les effets seront très importants. Idem à
l'inverse. »
L'étude INTERPHONE sera-t-elle décisive? Rien ne
permet aujourd'hui de le dire, mais elle constituera en tout cas
une pièce importante dans le dossier délicat des liens entre
téléphone portable et santé. Tout cela alors que de nouveaux
réseaux sont mis en place tous les jours, comme si de rien n'était.
Elisabeth Cardis : « Je pense qu'on a réagi beaucoup plus vite
que pour le tabac ou l'amiante. Mais pour agir, il faut savoir.
Aujourd'hui, même si on est pas encore sûr, on peut déjà faire
attention et limiter les expositions, surtout chez les enfants.
»


Précautions conseillés avec Luc Mariot, auteur de
l'enquête


Précautions conseillées avec Luc Mariot, auteur de l'enquête Disponible uniquement en vidéo.


Un atelier sans électro-smog


Un atelier sans électro-smog Chez
Audemars Piguet, au Brassus, on vient de construire une nouvelle
manufacture horlogère ultramoderne, un bâtiment écolo qui réduit
aussi au maximum l'électro-smog dans les ateliers. Daniel Saugy,
Secrétaire général de la Fondation Audemars Piguet : « il a été
décidé de prendre les normes qui offriraient le plus grand confort
aux gens qui travaillent. Selon le principe de précaution, on sait
que l'électro-smog peut être rendu responsable, semble-t-il, de
fatigue, de migraines, de déprime,, donc il aurait été
irresponsable de ne pas viser les normes les plus basses du moment.
»


Ondes : vous êtes cernés ! Deuxième épisode Les normes dont on parle ici ne
sont pas les normes fédérales actuelles, mais des valeurs beaucoup
plus faibles, recommandées par des spécialistes suisses-allemands.
Des valeurs déjà utilisées dans des administrations cantonales
d'outre-Sarine. Pour y arriver, rien ne doit être laissé au hasard.
Bruno Boffin, Resp. méthodes de travail : « on a fait un très
gros travail sur la mise à terre des infrastructures, on a bien
vérifié le blindage de toutes nos machines »,
et pour la
téléphonie, les ateliers sont équipés d'appareils à fil, mais les
téléphones portables fonctionnent parfaitement. La solution:
plusieurs micro-antennes qui minimisent les émissions : « nous
avons équipé notre propre manufacture en GSM- UMTS, avec 5 petites
antennes qui couvrent notre bâtiment. »
Résultat final, 0.05
v/m au poste de travail, 0.12 v/m au maximum lorsque quelqu'un
téléphone dans l'atelier, c'est-à-dire 10 fois moins que dans
l'ancien bâtiment, tout cela pratiquement sans surcoûts.


Bonus de l'émission

Des antennes partout


Un rapport très attendu


Précautions conseillées avec Luc Mariot, auteur de l'enquête


Un atelier sans électro-smog

Des antennes partout

Des antennes partout

Un rapport très attendu

Un rapport très attendu

Précautions conseillées avec Luc Mariot, auteur de l'enquête

Précautions conseillées avec Luc Mariot, auteur de l'enquête

Un atelier sans électro-smog

Un atelier sans électro-smog