2017. A bon entendeur: Résistance aux antibiotiques [RTS]

Trop d'antibiotiques tue les antibiotiques!

L'émission du 14 novembre 2017

C'est un fléau qui tue 25’000 personnes par an en Europe. Et si rien ne change, c'est par dizaines de millions que l'on comptera ses victimes d’ici 2050. De plus en plus de bactéries sont devenues résistantes à toute forme d'antibiotique. A tel point qu'on craint un retour à la médecine d'avant la découverte de la pénicilline avec des infections qui redeviendront incurables. La raison de cette augmentation incroyable de l'antibiorésistance? Des décennies d'utilisation excessive d'antibiotiques dans notre quotidien, mais aussi et surtout dans les élevages d'animaux. Aujourd'hui, l'antibiorésistance se transmet même de bactérie animale à bactérie humaine. Que faire? A l'heure où l'OMS tire la sonnette d'alarme, et la Suisse également, A Bon Entendeur vous explique le phénomène, de l’élevage à l’assiette jusqu’à l’hôpital, et vous donne également quelques pistes pour limiter les risques.

Comment les bactéries deviennent résistantes

Pour combattre les infections, on utilise couramment des antibiotiques. Mais si l’on interrompt le traitement ou si la prescription est mal ciblée, les bactéries pathogènes peuvent devenir résistantes, voire multirésistantes, dans ce cas elles peuvent ne plus être traitables par aucun antibiotique. La cause ? A force d’avoir abusé des mêmes molécules dans le monde médical et animal, même les antibiotiques de dernière génération deviennent inefficaces. Aujourd’hui on court le risque de mourir à nouveau d’une infection, comme c’était le cas avant la découverte de la pénicilline. L’alimentation est une importante source de contamination par la consommation d’aliments, viande mais aussi légumes, insuffisamment cuits. On peut aussi retrouver des bactéries résistantes dans l’eau des nappes phréatiques, des lacs ou des rivières, contaminées par le lisier et les déjections humaines. On peut revenir contaminé d’un séjour hospitalier ou de vacances dans un pays lointain. Même les animaux de compagnie peuvent nous transmettre leurs bactéries résistantes.

Comment les bactéries deviennent résistantes [RTS]

Entretien avec Dr. Carmen L. Pessoa Da Silva, coordinatrice du système mondial de surveillance de la résistance aux antimicrobiens, OMS

Concrètement, quelles sont les infections qu’il devient difficile de traiter parce que les antibiotiques censés les guérir sont devenus inefficaces ?

Entretien avec Dr. Carmen L. Pessoa Da Silva, coordinatrice du système mondial de surveillance de la résistance aux antimicrobiens, OMS [RTS]

Suite de l’entretien avec le Dr. Carmen L. Pessoa Da Silva

Comment évaluez-vous la situation actuelle, êtes-vous plutôt optimiste ou plutôt pessimiste ? En matière de recherche, qui doit investir ? Les Etats ou les industries pharmaceutiques ?

Suite de l’entretien avec le Dr. Carmen L. Pessoa Da Silva [RTS]

L’antibiorésistance peut se transmettre

L’antibiorésistance humaine et animale ne cesse de croître. L’Institut de bactériologie vétérinaire de l’Université de Berne en a découvert la raison : les bactéries ont la capacité de transmettre leur patrimoine génétique résistant à directement à d’autres bactéries humaines ou animales. L’antibiorésistance peut donc se transmettre de l’humain à l’humain, mais aussi de l’animal à l’humain. C’est principalement la viande de poulet qui est à l’origine de ces contaminations croisées. Cette viande est de plus souvent porteuse de bactéries résistantes aux antibiotiques de dernières générations. Face à ce problème, la Suisse a interdit l’usage des antibiotiques à titre préventif dans les élevages. Si on effectue régulièrement des analyses microbiologiques à l’abattoir, on n’effectue en revanche aucun dépistage de bactéries antibio-résistantes. Et en Europe, qui est pourtant devenue aussi restrictive en matière d’usage des antibiotiques dans le monde animal, les contrôles sont rares voire totalement absents dans certains pays.

L’antibiorésistance peut se transmettre [RTS]

L’usage des antibiotiques dans le monde animal

L’antibiorésistance doit beaucoup à l’industrialisation de la production animale. Chaque année, 130'000 tonnes d’antibiotiques, les trois-quarts de la production mondiale, sont administrées aux animaux dans les élevages industriels. On pourrait pourtant éviter l’usage des antibiotiques en pratiquant un mode d’élevage plus respectueux des animaux ; en évitant la surpopulation et le confinement des lieux de détention, par exemple. ABE a visité un élevage de poulets bio à Domdidier (FR) où est élevée une race de poulets à croissance lente et adaptée au plein air. Moins sujette aux infections que les races industrielles sélectionnées pour faire de la chair très rapidement, elle ne nécessite en principe aucun traitement aux antibiotiques. Il faut noter qu’en Suisse, tout traitement antibiotique aux animaux doit être prescrit par un vétérinaire. La Confédération a mis sur pied un programme de lutte contre l’antibiorésistance, le programme STAR, qui organise entre autres des campagnes de sensibilisation destinées aux offices de sécurité alimentaire, de la santé, des affaires vétérinaires, de l’agriculture et de l’environnement. Bio suisse a de son côté établi une liste d’exclusion afin de ne jamais administrer les antibiotiques de dernière génération aussi utilisés dans la médecine humaine, les seuls qui ont encore quelques effets.

L’usage des antibiotiques dans le monde animal [RTS]

Entretien avec Daniel Koch, responsable de la division Maladies transmissibles de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) en duplex de Berne

Le problème de transmission de l’animal à l’homme est en augmentation en Suisse. Pourquoi ?

Entretien avec Daniel Koch, responsable de la division Maladies transmissibles de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) en duplex de Berne [RTS]

Poulet: test de présence de bactéries résistantes

ABE a soumis 17 échantillons de poulet à un laboratoire pour détecter une éventuelle présence de bactéries résistantes.

 

Voici les résultats de ces analyses:

 

Sans bactéries résistantes

ABE WEB antibio 00001 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00002 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00003 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00004 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00005 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00006 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00007 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00008 [RTS]

 

Avec bactéries résistantes

ABE WEB antibio 00009 [RTS]
 

 

ABE WEB antibio 00010 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00011 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00012 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00013 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00014 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00015 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00016 [RTS]

 

ABE WEB antibio 00017 [RTS]

 

La préparation du poulet, recommandations d’hygiène

C’est la viande de poulet qui pose le plus de problèmes en matière de transmission de bactéries résistantes. En prenant quelques précautions, il est cependant possible d’éviter la contamination. Il ne faut par exemple pas mettre en contact les aliments que l’on va manger crus avec des ustensiles utilisés pour découper la viande. Il est recommandé de bien se laver les mains avec du savon pour éviter de transmettre des bactéries sur tous les ustensiles ou les endroits que l’on touche. La viande de poulet doit également cuite suffisamment longtemps pour qu’elle atteigne 65 à 70 degrés à cœur.

La préparation du poulet, recommandations d’hygiène [RTS]

Entretien avec Daniel Koch en duplex de Berne et Dr. Carmen L. Pessoa Da Silva

Que peuvent faire les médecins et les patients ? La Confédération lancera des campagnes de sensibilisation et l’ONU a prévu un plan d’action mondial, avec plusieurs priorités.

Entretien avec Daniel Koch en duplex de Berne et Dr. Carmen L. Pessoa Da Silva [RTS]

LA RUBRIQUE – Faillite d’Air Berlin, des projets de vacances qui s’écroulent

Une famille vaudoise a vu ses projets de vacances anéantis par la faillite de la compagnie Air Berlin. Sera-t-elle remboursée ?