Etats-Unis: de la vraie viande sans viande ! [RTS/capture d'écran]

Etats-Unis: de la vraie viande sans viande ! / Sous-location d'été: attention aux pièges !

L'émission du 8 août 2017

Quand il s’agit d’hamburger, les Américains ne s’en laissent pas conter… Pas question de leur enlever ce plat chéri, même pour ceux qui choisissent de ne plus consommer de viande. C’est en Californie qu’une start-up a développé une "viande" hachée qui ressemble en tous points à la viande, mais qui ne contient pas le moindre gramme de protéine animale ! C’est un ingrédient particulier, à la fabrication secrète, qui donne à cet aliment un vrai goût de viande. Reportage en laboratoires et au restaurant, et décryptage avec l’ethnologue Isabelle Raboud-Schüle. En deuxième partie, ABE se lance dans la sous-location : peut-on sous-louer son appartement quand on est en vacances ? Quelles sont les règles à respecter, quels risques court-on ?

 

Etats-Unis: de la vraie viande sans viande!

Conscientes de l’impact écologique de l’élevage intensif des animaux, mais également pour préserver leur santé, de plus en plus de personnes limitent leur consommation de viande. Dans ce contexte, un laboratoire californien a mis au point un procédé de fabrication d’une « viande » hachée qui imite à la perfection la texture, l’aspect et le goût de la vraie viande de bœuf. La start-up utilise un ingrédient, la « leghémoglobine », une sorte d’hémoglobine végétale tirée du soja. Au final, le burger végétal a quasiment les mêmes propriétés, y compris nutritionnelles, que ceux à base de viande. ABE a visité une autre start-up qui s’est lancée dans la fabrication de substituts d’œufs en utilisant des protéines végétales.

Etats-Unis: de la vraie viande sans viande! [RTS]

Entretien avec Isabelle Raboud-Schüle, ethnologue et directrice du Musée gruérien

Pourquoi les substituts de viande doivent-ils forcément ressembler à de la viande?

Entretien avec Isabelle Raboud-Schüle, ethnologue et directrice du Musée gruérien [RTS]

Sous-location d'été: attention aux pièges!

Pour sous-louer son appartement en toute légalité, il faut obtenir l’accord de son bailleur et lui transmettre le montant du loyer demandé; celui-ci ne peut dépasser 10 à 20% du prix initial. Pour éviter tout désagrément, il est aussi conseillé d’établir un contrat avec le sous-locataire, de vérifier que celui-ci a bien contracté une assurance responsabilité civile et d’établir un inventaire. Autres points importants : une sous-location officielle ne peut en principe excéder 1 année, et il ne faut pas perdre de vue qu’en tant que locataire principal, on reste responsable du paiement du loyer.

Sous-location d'été: attention aux pièges! [RTS]