- Les soignants de demain dans les starting-blocks - Prescriptions contre l'acné : le scandale continue !

L'émission du 18 octobre 2017

Les soignants de demain dans les starting-blocks

Ils ont 20 ans, ils veulent devenir ambulancier, infirmière ou sage-femme. Des professions souvent usantes, mais dont ils rêvent comme d’une vocation. Ils sont prêts à assumer des gestes techniques toujours plus exigeants tout en plaçant au premier plan leur relation avec le patient: zoom sur les soignants de demain!

Ils ont 20 ans, ils veulent devenir ambulancier, infirmière ou sage-femme.  [RTS]

Une génération hyper-motivée, qui ne recule devant aucun effort pour se confronter aux défis du métier de soignant! La preuve par ce reportage tourné au Val-de-Travers. Des étudiants sont embarqués dans un marathon de 24 heures qui enchaîne une quarantaine de scénarios-catastrophes. Les jeunes jouent tour à tour les soignants et les victimes. Parmi les étudiants qu’a suivis l’équipe de 36,9°, il y a Nathalie, future infirmière, Laurie, qui se destine à être sage-femme ainsi que Tristan et Emilie, futurs ambulanciers. L'un des scénarios va tout particulièrement les mettre à rude épreuve : un avion et un hélicoptère se sont percutés en plein vol, avant de s’écraser sur une zone habitée, faisant une trentaine de morts et de blessés. De quoi submerger les capacités des secours disponibles…

Pour ce jeu de rôle grandeur nature, le réalisme est digne d’un décor de cinéma avec la participation indispensable des maquilleuses qui créent sang et blessures. La deuxième partie du sujet s’articule autour des portraits des quatre jeunes qui ont vécu cette simulation dite de "haute fidélité". Ils évoquent les raisons qui les ont poussés à choisir ce métier de soignant à la fois exigeant et passionnant.
Un reportage de Alain Orange, Bernard Novet et Joëlle Rebetez

Prescriptions contre l'acné : le scandale continue !

L’isotrétinoïne est une substance puissante pour répondre aux acnés rebelles. Cette efficacité a un revers: des effets secondaires redoutables, qui nécessitent un suivi strict du dermatologue. Aujourd’hui encore en Suisse, des bébés naissent avec des malformations parce qu’on a prescrit à leur mère ce médicament interdit pendant la grossesse. Sans parler des dépressions et mêmes des suicides liés à la prise de ce traitement anti-acné. Exemple avec un cas tragique survenu l’an dernier au Tessin.

L’isotrétinoïne est une substance puissante pour répondre aux acnés rebelles [rts]

Ce reportage réalisé par la RSI reconstitue le calvaire qu’a vécue Valentina (nom d’emprunt), une jeune femme tessinoise après s’être faite prescrire du Tretinac, une capsule à base d'isotrétinoïne. La jeune femme souhaitait venir à bout d’une acné qui l’obsédait. Une succession d’erreurs vont alors bouleverser sa vie et celle de son enfant. Nous apprenons dans cette émission que les conséquences dévastatrices de cet anti-acnéique sur le fœtus en cas de grossesse étaient déjà connus au moment de son introduction sur le marché suisse en 1983. A cette époque, il se nommait le Roaccutan. Mais rapidement, une nouvelle alerte se répand dans le monde entier. On constate des cas de dépression, de psychose et même de suicide. Dix ans plus tard, l'isotrétinoïne fait à nouveau parler d’elle. Elle est commercialisée sous quatre noms différents en Suisse : le Roaccutan de Roche et trois génériques.