- Médecine légale : ces morts violentes que personne ne détecte - Thyroïde : cancer, traitements et surtraitement

L'émission du 19 avril 2017

Médecine légale : ces morts violentes que personne ne détecte

La moitié des morts violentes passeraient inaperçues en Suisse ! Exemples à l’appui, de nombreux accidents, suicides ou même meurtres sont considérés à tort comme des morts naturelles et attribués à des maladies. Les conséquences sont irréparables, pour les proches comme pour la justice.

2017. 36,9°: Médecine légale : ces morts violentes que personne ne détecte [RTS/CAPTURE D'ECRAN]

C’est un cri d’alarme lancé par le légiste bernois Christian Jackowski qui citait, il y a trois ans, de très sérieuses études menées en Allemagne : dans ce pays, 50% des morts violentes ne seraient pas repérées. En Suisse, selon cet expert, les morts violentes seraient au moins deux fois plus nombreuses que ce qu'indiquent les statistiques officielles. « Il s’agit de choses aussi graves que des blessures par balle ou par arme blanche », relève Christian Jackowski. « Un examen de corps doit répondre à certaines exigences minimales. Cela inclut de déshabiller entièrement le cadavre, d’inspecter les orifices corporels. Et en général, l’examen n’est pas mené de façon rigoureuse ». Les médecins appelés pour constater un décès sont en effet très souvent des généralistes, sans aucune formation en médecine légale.

En Suisse, aucun second examen n’est par ailleurs prévu si le décès est déclaré naturel. Notre pays ne compte que sept instituts de médecine légale, dont un seul romand, réparti entre Lausanne et Genève. Plusieurs cantons manquent cruellement de spécialistes…


Un reportage de Jacqueline Dubuis et Alain Orange

Thyroïdes : cancer, traitement et surtraitement

La thyroïde est une petite glande souvent méconnue qui régule tout le métabolisme. Parfois, elle est touchée par des maladies auto-immunes qui la font dysfonctionner.

2017. 36,9°: Thyroïde : cancer, traitements et surtraitement [RTS/CAPTURE D'ECRAN]

Trente grammes à peine et la forme d’un papillon ! La thyroïde, souvent méconnue, est pourtant le chef d’orchestre de tout le corps. Les hormones qu’elle libère régulent tous les organes vitaux, pour les faire fonctionner à la bonne vitesse. La thyroïde dysfonctionne parfois. On parle d’hyperthyroïdie, quand la glande produit trop d’hormones et d’hypothyroïdie quand elle cesse d’en fabriquer. Ces deux maladies qui concernent environ 10% de la population en Suisse peuvent avoir de graves conséquences physiques et psychiques si elles ne sont pas prises en charge, comme le révèlent nos témoins.

La thyroïde a par ailleurs aussi tendance à faire des nodules, des boules qui peuvent se révéler parfois cancéreuses. Si c’est le cas, la personne atteinte se fait enlever la thyroïde avant de subir un traitement à l’iode radioactif. Mais bien souvent, ce cancer particulier n’évolue pas. Il n’aurait donc pas besoin d’être diagnostiqué et encore moins d’être traité. Pourtant des milliers de personnes subissent une opération. Pourquoi et que fait-on pour prévenir le surdiagnostic ?  C’est ce que vous allez découvrir dans 36,9°.


Un reportage de Fabienne Clément et Maya Chollet