- Anévrisme : histoire d'une rupture - Le choc de la mauvaise nouvelle

L'émission du 19 octobre 2011

Anévrisme: histoire d'une rupture

C'est une maladie silencieuse mais elle peut avoir des conséquences dramatiques: l'anévrisme qu'il soit cérébral, abdominal ou qu'il touche les artères des jambes peut passer totalement inaperçu des années durant, mais sa rupture conduit souvent à la mort.

Lorsque les chirurgiens arrivent dans l’anévrisme, ils déploient une prothèse qui protégera la zone fragilisée.

Avant 80 ans, on estime que 5 à 8  pour cent de la population sera porteuse d’un anévrisme. Cette maladie des vaisseaux et des artères peut avoir des composantes génétiques, mais elle est très souvent associée à des pathologies cardio-vasculaires, comme l’hypertension, le cholestérol, le tabagisme et la sédentarité.


La chirurgie par voie ouverte comporte de nombreux risques. [RTS]Contrairement à ce que l’on peut croire, l’anévrisme ne se développe pas que dans la tête mais peut affecter tous les vaisseaux et artères du corps humain.  Dès que la dilatation double le diamètre du vaisseau, on parle d’anévrisme.  L’affaiblissement d’une paroi vers l’extérieur forme une sorte de ballon où des caillots de sang vont progressivement s’accumuler.
L'aorte risque de sauter lorsque son diamètre dépasse 5 cm. Plus elle grossit,  plus une intervention chirurgicale devient nécessaire. L’opération peut se faire par voie ouverte ou par endoscopie. Certains anévrismes peuvent atteindre 10 cm et nécessitent une chirurgie très invasive. Rencontres avec des patients qui ont eu la chance d’être opéré à temps et qui, pour certains, ont pu bénéficier d’un tout nouveau type d’intervention.


Un reportage de Françoise Ducret et Ventura Samarra


Le choc de la mauvaise nouvelle

Peut-on apprendre à annoncer un drame, une mort, un diagnostic? Comment se débrouille-t-on avec cette mission terrible quand elle tombe sur nous? Rencontre avec des professionnels confronté à cette tâche redoutable, mais aussi de simple citoyens et de jeunes médecins en cours de formation. Il y a les mots qui consolent, ceux qui rajoutent de la souffrance et les gens qui fuient. La vie à l'instant ou elle bascule.

Comment accompagner les personnes venant de subir un choc émotionnel. [RTS]

Il n’y a pas une bonne manière d’annoncer une mauvaise nouvelle, mais il y a des manières moins dévastatrices que d’autres.  Il est donc important que les professionnels chargés de cette mission délicate soient sinon formés, du moins équipés émotionnellement. Certains se forgent eux-même une manière de faire. Nous avons suivi un policier, des médecins, un aumônier de l’armée. Comment font-ils pour s’acquitter de ce devoir? Nous avons également rencontré la personne qui s’est retrouvée avec la redoutable mission de lire le nom des 300 passagers du SR111 qui s’est écrasé au large d’Halifax.


L'armée doit régulièrement annoncée le décès d'un proche à sa famille. [RTS]Annoncer une mauvaise nouvelle de consiste pas simplement à informer quelqu’un d’un drame ou d’un diagnostic terrible. Il s’agit bien d’une forme particulière de communication qui va au delà de faire savoir, ou faire comprendre. Qui demande d’accompagner celui qui reçoit la mauvaise nouvelle. Chacun de nous peut se retrouver le messager de cette mauvaise nouvelle. Parfois alors qu’on est soi-même sous le choc d’un diagnostic ou d’une annonce.
Nous avons également tenté de comprendre pourquoi certaines personnes fuient leur proches qui vivent un drame, au moment même où ils auraient le plus besoin de soutient et de consolation. Que se passe-t-il dans nos cerveau tétanisés par l'émergence du réel de la maladie et de la mort dans nos vies?


Un reportage d'Isabelle Moncada et de Xavier Ruiz