Histoires dʹAmérique (1/5)

Entretien avec Paul Schor
Aujourdʹhui, un entretien proposé par Frédéric Pfyffer avec Paul Schor, maître de conférences en civilisation américaine à l'Université Paris-VII. Ses recherches ont porté sur l'histoire de la construction sociale des catégories ethniques et raciales aux États-Unis. Ses recherches actuelles portent sur l'histoire sociale des consommateurs aux États-Unis au XXe siècle, et sur la différenciation des pratiques de consommation et des marchés par groupes raciaux, ethniques ou sociaux.


Histoires dʹAmérique (2/5)

Origine et destinée
L'origine de la fondation des États-Unis découle d'une vision idéaliste et religieuse. La découverte du "Nouveau Monde" devait permettre la construction d'un état idyllique, en opposition aux nations décadentes dʹEurope. Dès 1630, l'avocat puritain et fondateur de la Colonie de la baie du Massachusetts, John Winthrop, dans son sermon "A Model of Christian Charity", déclare que les puritains du Nouveau Monde ont la mission divine de construire une "Cité sur la colline". La Révolution américaine et l'apparition de la première nation républicaine et démocratique vont forger le concept d'"exceptionnalisme américain". La Déclaration d'indépendance de 1776 et la Constitution américaine de 1787 mentionnent des principes et des valeurs, dont la vocation était d'être appliqués à l'ensemble de l'humanité.


Histoires dʹAmérique (3/5)

Immigration et Constitution
En accord avec la constitution des Etats-Unis, le premier recensement national eut lieu en 1790. La population recensée s'élevait alors à près de quatre millions d'individus (Amérindiens exclus), les Blancs représentaient les quatre cinquièmes, les Noirs le cinquième. Bien qu'un tel nombre ne représente, au regard des densités actuelles, qu'une petite population, il témoigne d'un taux d'accroissement très rapide pendant les 175 ans qui, avant 1790, constituent la période d'établissement des Européens. Un certain nombre de recensements locaux et d'estimations faits durant l'époque coloniale indiquent que, au sein de maintes communautés, la population doubla ou même quadrupla presque en une nuit, si l'on peut dire, grâce à l'arrivée soudaine de quelques convois d'immigrants.


Histoires dʹAmérique (4/5)

Identité et banalité
Des Etats-Unis, on retient avant tout la quintessence de villes phares telles New York ou encore Los Angeles, à l'opposé d'une autre image, celle de pans entiers du territoire en autant d'immensités naturelles quasi infinies, ou encore une campagne civilisée toute entière issue d'une tradition pastorale fortement inscrite dans une partie de l'identité nord-américaine. Comment se constituent les premières villes aux Etats-Unis et comment va se développer la croissance urbaine dans ce pays? Cet accroissement en damier qui tente de quadriller le territoire au mieux, en y parvenant seulement récemment, et de contrôler le gigantesque flux d'immigration que vont connaître les Etats-Unis entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, est peut-être à l'image du flou qui concerne l'origine même de la nation américaine… Une histoire en pleine turbulence qui se fait peut-être plus ici que partout ailleurs au jour le jour.


Histoires dʹAmérique (5/5)

Entretien avec le réalisateur William Karel
Rencontre avec William Karel, réalisateur de "Hillary Clinton - Une femme à abattre" que vous pourrez découvrir dimanche soir sur RTS Deux.
Nul homme ou femme politique n'a connu autant d'attaques personnelles et politiques. Les médias de droite, mais aussi progressistes, scrutent Hillary Clinton avec méfiance, jusqu'à la calomnie la plus basse. Ses détracteurs ont ruiné ses espoirs en 2007 alors qu'elle était en tête des sondages et connaissait particulièrement les arcanes du pouvoir - au profit d'un Barack Obama plus rassembleur et charismatique qu'elle. Aujourd'hui, ces mêmes sondages la créditent d'une avance colossale de 35 à 40 points sur son rival, dans la course aux Primaires démocrates. Mais elle n'est pas dupe, elle sait qu'elle se ballade avec une cible dans le dos. Elle a beau fuir les médias, cette stratégie suffira-t-elle? Elle sait qu'elle doit gagner cette guerre de l'image.
Depuis sa rencontre avec Bill Clinton, la vie d'Hillary est totalement dédiée à la politique de son pays. Tous ses engagements, son dévouement vis-à-vis de son mari, son courage face à l'adversité, notamment dans l'affaire Monica Lewinsky et son célèbre "vast right-wing conspiracy", sa dextérité à prendre en main son destin politique, jusqu'à sa conquête du pouvoir, feront l'objet de sarcasmes, de critiques… Au risque d'être paradoxales. Elle est, tour à tour, soupçonnée d'être d'extrême-gauche, ou au cœur d'un scandale financier, on la nomme Iron Lady  puis elle est accusée d'avoir mis en danger la vie de citoyens américains (avec l'affaire Benghazi ou sa boîte e-mail personnelle)… Elle est jugée trop forte ou trop faible…
D'année en année, alors que son ambition s'affirme, que son expérience s'aiguise (sénatrice de l'Etat de New York, candidate en 2007, secrétaire d'Etat de Barack Obama), tout se passe comme si la presse continuait à jeter un voile sur sa légitimité à conquérir le pouvoir suprême. Bien sûr, le Parti républicain, le Tea Party ainsi que les médias ultraconservateurs ont toujours tout mis en œuvre pour l'empêcher de parvenir un jour au pouvoir. Mais les attaques qui la blessent et l'handicapent le plus, dans sa course à la Maison-Blanche, viennent de son propre camp…
Un parcours au féminin, mais aussi une magistrale leçon de courage politique!